Publications en série: Emailing

Voici ce qui se passe au cœur des meilleurs templates de newsletters

Voici ce qui se passe au cœur des meilleurs templates de newsletters

Emailing • juin 13, 2017

Pour beaucoup, la base de l’email marketing, c’est la newsletter. C’est un type de campagne que presque tout le monde comprend et voit dans sa boîte mail tous les jours.   En fait, les newsletters sont les campagnes d’emailing les plus utilisées. D’après Pardot, 66% des marketeurs par email envoient des newsletters, suivi par le contenu promotionnel avec 54%, et un email de bienvenue à 42%. Pour les marketeurs qui veulent démarrer une newsletter, ou revoir celle qu’ils ont actuellement, tout commence par le template de la newsletter.   Nous savons bien qu’entre l’email marketing, les réseaux sociaux, le CPC, le reciblage et toutes les autres stratégies marketing que vous devez gérer, vous n’avez peut-être pas autant de temps que vous le voudriez pour examiner les nombreux templates de newsletter proposés par Benchmark.   Pour bien choisir un template, le pragmatisme nous impose de comprendre ce que les autres font de bien. C’est pourquoi nous avons sélectionné quelques-uns de nos favoris afin d’illustrer les newsletters qui marchent.   Les templates qui informent Thrillist C’est une newsletter quotidienne, que je lis tous les matins sans exception. Je sais que l’histoire mise en avant sur Thrillist est toujours celle qui est la plus récente ou la plus partagée ce jour-là. Je lis parfois cette histoire avant même de sortir de mon lit. Elle m’apprend quels restaurants ont ouvert récemment, quels événements se produisent actuellement dans ma ville, et parfois des folles histoires de barman, de serveur ou de steward. Le template réussit efficacement à partager du contenu et à m’informer sur ce qu’il y à faire quand je veux sortir. Regardez plutôt : Les templates qui vendent Bullymake Je suis tombé sur Bullymake en cherchant des jouets à mâcher que mon pitbull/labrador ne détruirait pas en quelques minutes. Je me suis rapidement identifié à l’ambiance « bienvenue dans le club des propriétaires de gros chiens » dégagée par l’entreprise. Après deux mois d’abonnement à Bullymake, j’avais acheté une pile de jouets indestructibles, et je ne voyais pas l’utilité d’en rajouter. Donc j’ai annulé mon abonnement à Bullymake, mais je ne me suis pas désabonné de leurs newsletters.   C’est parce que leur template parle au grand amateur de chiens que je suis… … et parvient tout de même à me montrer ce que je pourrais acheter sur leur site web, en plus du simple formulaire d’abonnement. En plus de cela, la partie ci-dessous vend leur modèle d’abonnement. Des templates qui engagent ActionRocket Cette newsletter hebdomadaire publiée par ActionRocket est étiquetée #emailweekly. Le template vous accueille systématiquement toutes les semaines avec le même bloc personnalisé. Ensuite, il y a six blocs pour lister les articles d’email marketing qu’ils ont préférés la semaine passée. Si j’avais écris cet article il y a deux mois, je vous montrerais ce template et je l’aurais rangé dans la catégorie des Templates qui informent : Seulement voilà, les génies de l’email marketing chez ActionRocket ont procédé à un changement afin d’engager leurs abonnés. Ils ont organisé une refonte en direct du design de leur newsletter #emailweekly. Il faut bien noter que c’est grâce à leur long passif de newsletters de qualité qu’ils ont le droit d’essayer de nouvelles choses avec leurs abonnés. Grâce à cela, j’attends impatiemment chacune de leurs newsletters #emailweekly pour observer l’avancement de leur redesign. Abonnez-vous pour voir comment ils travaillent à un nouveau template de newsletter pour #emailweekly. ac Qu’avons-nous appris ? Un bon template de newsletter doit disposer du meilleur contenu pour engager. Une image de héros, une histoire incroyable ou un message accueillant qui vous attire rapidement vers la newsletter. Il doit également permettre d’apporter du contenu supplémentaire pour atteindre l’objectif de la newsletter.   Afin de choisir le meilleur template de newsletter pour votre entreprise, il vous suffit de répondre à ces questions simples :   Le template est-il adapté à l’objectif de votre newsletter ? Le template peut-il être personnalisé pour aller avec votre image de marque ? La mise en page correspond-elle à celle de votre site web, ou dégage-t-elle une sensation similaire ? Prêt à mettre en pratique ce que vous avez appris ? Identifiez-vous ou créez un compte pour choisir ou concevoir le meilleur template de newsletter pour vos besoins ! Feedback Nous serions ravis de lire les astuces que vous utilisez pour choisir vos templates. Mieux encore, donnez vos propres exemples dans les commentaires ci-dessous !


Lire plus
Les erreurs à éviter dans l’email marketing automatisé

Les erreurs à éviter dans l’email marketing automatisé

Emailing • mai 17, 2017

J’appartiens à la première génération qui a vraiment grandi avec les téléphones portables. Enfin, je suis peut-être un peu plus vieux que cette génération, mais je vous demander de jouer le jeu pour les besoins de mon argumentation (et de mon ego). Je suis très habile avec mon smartphone et je dois avouer qu’il est souvent collé à mes doigts. Grâce aux progrès de la technologie et de l’ergonomie, ma grand-mère aussi a un smartphone. Mais elle s’est persuadée qu’elle ne savait pas l’utiliser et ne veut pas apprendre. La dernière fois que je suis allé en ville, j’ai pris sur mon temps pour lui montrer à quel point c’est facile. Elle s’est rendue à l’évidence et a fini par admettre qu’elle était parfaitement capable d’utiliser son smartphone. Elle s’était emmurée dans une peur qui l’empêchait d’utiliser son téléphone, mais en voyant de ses propres yeux comment il fonctionnait, elle a pris confiance en elle et a commencé à l’utiliser.   Pendant des années, je suis allé à des expos et des événements, et je discutais avec des chefs d’entreprise qui avaient les mêmes préjugés sur l’email marketing et les réseaux sociaux. Avec le temps, cette peur a disparu. Elle a été remplacée par l’automatisation de l’email marketing. La technologie est arrivée au point où n’importe quel marketeur peut lancer des campagnes automatisées avec succès. Mais il faut s’affranchir des barrières mentales qui empêchent les marketeurs d’essayer. J’examine ci-dessous ce qu’il ne faut pas faire, pour que vous n’ayez plus qu’à configurer des parcours automatisés pour vos abonnés. Voici quatre erreurs à éviter dans l’email marketing automatisé :   Erreur n°1 : Ne pas faire d’email marketing automatisé Pourquoi éviter de faire quelque chose qui peut vous faire gagner du temps, de l’efficacité, et faire de vous un marketeur plus influent ? L’automatisation libère également du temps pour vos autres tâches importantes. En fait, un marketeur pragmatique devrait utiliser l’automatisation autant que possible.   Vous avez peut-être évité l’automatisation à ce stade parce que vous ne savez pas bien par où commencer. Alors commencez par quelque chose de simple. Beaucoup de marketeurs ont configuré un email de bienvenue à envoyer après l’abonnement. Ça ne fait pas de mal de commencer par un concept avec lequel vous êtes familier. Au lieu d’accueillir votre abonné avec un seul email, essayez de construire un parcours en trois emails pour l’accompagner et lui présenter votre marque.     Mettons que vous avez conçu des t-shirts personnalisés pour une équipe de sport locale et que vous essayez de convertir les nouveaux visiteurs de votre site en clients. Utilisez un formulaire d’inscription qui offre une petite réduction à ceux qui s’abonnent à votre liste.   Dans votre premier email de bienvenue, n’oubliez pas de donner le code pour la réduction que vous avez promise dans le formulaire d’inscription. Le Call to Action doit amener à acheter un t-shirt en utilisant le code de réduction.   Trois jours après leur abonnement, vous pouvez continuer avec une campagne d’emails contenant des témoignages de clients. Ils peuvent vanter le confort de vos t-shirts, ou le nombre de compliments qu’ils ont reçus en portant le t-shirt lors du dernier match de l’équipe. A nouveau, le CTA doit amener à acheter un t-shirt, avec un rappel du code de réduction.   Pour votre troisième email, sept jours après leur abonnement, vous pouvez leur montrer vos t-shirts les plus populaires, ou vos designs les plus récents. Un visiteur de votre site aura peut-être aimé l’apparence de votre page d’accueil, et se sera dit qu’un t-shirt serait intéressant à un moment ou un autre, mais il n’aura pas eu l’occasion de parcourir votre site. Le fait de voir les t-shirts dans leur boîte mail sera peut-être ce qui déclenchera la conversion. N’oubliez pas d’ajouter un CTA pour acheter un t-shirt, avec un rappel du code de réduction. Benchmark propose un modèle dans Automation Pro pour implémenter cette stratégie. Consultez-le ici :   Vous n’êtes pas le seul à démarrer en automatisation. D’après le rapport benchmark 2016 de LeadMD sur la maturité du marketing, seulement 21% des répondants ont déclaré qu’ils avaient un niveau de maturité en marketing automatique qui était égal ou supérieur à la moyenne.   Erreur n°2 : Ne pas fixer d’objectif   Il est impératif de connaître la raison de chaque parcours automatisé. La raison pour laquelle l’automatisation a autant de succès, c’est parce que chaque point de contact doit rapprocher le prospect d’une conversion. La première étape d’une automatisation réussie consiste à comprendre ce qu’est cette conversion, qu’il s’agisse d’un abonnement, d’un achat, du téléchargement d’une étude de cas etc. A partir de là, vous remontez le processus en arrière.   Il est important de voir les choses du point de vue de vos abonnés et de vos clients. Même si votre objectif est probablement de vendre plus, eux veulent régler un problème. Votre rôle consiste à vous mettre à leur niveau et à expliquer en quoi vos biens ou vos services vont les aider à faire cela. Reprenons l’exemple précédent. S’ils consultent votre site web, ils veulent sûrement supporter leur équipe de sport locale ou ils veulent un cadeau pour quelqu’un dont c’est le cas. En leur proposant une réduction, vous incitez le visiteur à s’abonner, parce qu’il va voir la valeur de cette action dès le départ. S’ils n’ont pas encore acheté de t-shirt lorsque vous faites partir votre deuxième email, la lecture des témoignages peut contribuer à réduire l’anxiété qu’ils ont peut-être à l’idée d’acheter un t-shirt chez vous. Laissez vos clients vanter la douceur du coton, ou le nombre de compliments qu’ils ont reçus à propos du design personnalisé du t-shirt.   Une semaine après, il est possible que le nouvel abonné ait été distrait, ou ait oublié de parcourir la sélection de votre site web. Ça arrive. Nous vivons dans une culture d’hyperactivité. Donc quand le troisième email de votre parcours est envoyé automatiquement, vous mâchez le travail du nouvel abonné en lui montrant certains de vos articles les plus populaires.   Erreur n°3 : Ne pas segmenter ni déplacer les listes   J’ai récemment raconté l’horreur que j’ai vécue quand j’ai mal segmenté et automatisé ma liste, tout en partageant quelques stratégies. Je vais ici me concentrer sur cette erreur et comment l’éviter. Si vous ne segmentez pas vos listes, vous produirez des campagnes d’email non-pertinentes, et non-ciblées, qu’elles soient automatisées ou non.   La première solution à cette erreur consiste à démarrer la segmentation de votre liste dès l’abonnement. Cela peut se faire grâce aux données que vous récupérez ou en permettant au nouvel abonné de déterminer quelle liste il ou elle souhaite rejoindre, comme une newsletter quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle, avec une case à cocher pour toutes celles qu’il ou elle souhaite recevoir.   La prochaine solution consiste à utiliser l’engagement de l’abonné pour segmenter vos campagnes d’email ou votre site web. Si un abonné clique régulièrement sur un type de produit ou de service, vous pouvez les segmenter en une liste qui continuera de leur donner des informations sur ces articles d’intérêt. Pour poursuivre avec notre exemple, il pourrait s’agir d’un abonné qui a manifesté son intérêt pour des t-shirts pour hommes ou pour femmes, ou vous pouvez même les segmenter selon l’équipe qui les intéresse.   Une autre solution, c’est de créer un parcours qui vérifiera si un abonné a converti ou pas. Ainsi, vous pourrez déplacer un prospect sur une liste de clients une fois qu’il l’a fait. Un modèle de stratégie basé sur les preuves d’achat est disponible pour vous dans Automation Pro.   Erreur n°4 : Envoyer trop souvent ou pas assez   Comme pour tout email marketing, la fréquence avec laquelle vous envoyez vos emails est importante. Si l’on continue avec notre exemple d’entreprise qui vend des t-shirts, le parcours décrit ci-dessus réussit à battre le fer tant qu’il est chaud, car il sert les intérêts du nouvel abonné, mais n’envoie pas trop souvent pour éviter d’agacer le nouvel abonné, ou de paraître désespéré. L’autre extrême consiste à envoyer si rarement que le contact oublie qui vous êtes, ou pourquoi il ou elle s’était abonné(e) à votre liste.   Faites un test avec vos campagnes d’email ponctuels, et faites-vous une idée de la fréquence qui marche avec votre public. Une fois que vous avez cette donnée, il vous sera plus facile de prendre la bonne décision lorsque vous construirez vos parcours clients, et de comprendre les temps d’attente à respecter entre vos différentes campagnes d’email. [caption id=\"attachment_5036\" align=\"alignnone\" width=\"1114\"] Rapport de recherche 2016 de la DMA disponible sur Smart Insights[/caption] Si l’apprentissage des erreurs importantes en email marketing automatisé n’a pas suffi à lever vos doutes et à vous aider à franchir l’obstacle de la peur, notre ami Jordie van Rijn a dressé une longue liste de statistiques de marketing automatique qui devrait vous convaincre de sauter le pas et d’automatiser vos parcours clients. Qu’est-ce qui vous empêche d’utiliser l’automatisation ?  


Lire plus
Sortir vivant de la Vallée de la Mort.

Sortir vivant de la Vallée de la Mort.

Emailing • avril 20, 2017

Le marketing est une compétition où le prix est l’attention des gens. Et c’est un sacré défi, parce que vos concurrents font beaucoup de bruit. Le bruit, c’est ainsi que les marketeurs décrivent tous les autres messages et les distractions que les consommateurs ont dans leur vie. Si vous pouvez  faire en sorte que vos abonnés soient et restent engagés, l’email reste l’un des canaux les plus cohérents pour atteindre et motiver votre public cible. Lorsque vous gagnez leur précieuse attention, le truc, c’est bien entendu de ne pas produire vous-même du bruit. Votre client potentiel est assailli par des messages marketing partout où il va, donc il est de primer abord difficile de générer des pistes de qualité pour les PME, et ensuite de les maintenir engagés. La vérité qui dérange encore plus, c’est que de nombreux marketeurs de PME bien intentionnés et dévoués travaillent avec des listes d’emails où 60% des abonnés en moyenne sont inactifs – ou, pour employer le jargon du secteur, « morts ». Ces contacts n’ont pas ouvert, cliqué ou réagi à un seul email envoyé dans la période de référence. Généralement, l’étalon est six mois ou plus. Une fois cette donnée en tête, les marketeurs de PME peuvent faire le choix de ne pas ignorer les inactifs, en continuant simplement d’envoyer des emails, avec le risque d’une délivrabilité réduite. Au lieu de cela, visez le ré-engagement, essayez de rétablir une relation avec ces clients potentiels. Pourquoi cela vaut le coup de réengager Il s’agit d’une bonne partie de la liste d’emails. Les abonnés inactifs sur votre liste ne se sont pas désabonnés. Cela signifie qu’ils font encore partie de votre public (potentiel). Ils vous apprécient déjà et veulent entendre parler de votre marque. A un certain stade, ils se sont inscrits, ce qui veut dire qu’ils sont du bon côté – mais ils sont loin d’être réceptifs au démarchage. Vous devez garder vos abonnés email plus qu’une journée. Même si la règle d’or de l’email marketing a toujours été d’« élaguer » proactivement les abonnés morts pour éviter d’endommager la délivrabilité de votre message et d’éviter que les FAI apprennent à vous identifier comme du spam, cela vaut le coup d’essayer de réengager avant de commencer à élaguer. En définitive, le ROI d’une campagne d’email marketing de réactivation est impossible à passer sous silence. La somme que ça représente ne peut que vous encourager à essayer le réengagement avant d’enlever les abonnés inactifs de votre liste. Ne considérez pas que vos contacts existants sont acquis. En les réengageant, vous allez améliorer la qualité de votre liste, augmenter vos taux de conversion, et maintenir une bonne hygiène de liste. Le réengagement versus la reconquête Avant de déconstruire le désengagement en différents motifs pour formuler votre stratégie de réengagement, il est essentiel de définir un message de « réengagement » versus un message de « reconquête ». L’objectif d’un email de réengagement est de convaincre un abonné mort qu’il doit s’intéresser à nouveau à votre marque, tandis qu’un email de reconquête est utilisé pour provoquer un achat en particulier, après que cet achat semble perdu. Par exemple, lorsque quelqu’un annule son abonnement. La différence entre les deux est essentielle, parce qu’à ce stade, vous n’essayez pas de faire acheter n’importe quoi à ce client. Votre objectif est de déclencher l’intérêt de votre prospect, grâce à votre communication, et de rétablir une relation à long terme avec votre marque. Pourquoi vos abonnés font-ils les morts ? Afin de formuler votre stratégie de réengagement, il faut d’abord identifier les différents motifs du désengagement. Vous pouvez ajuster la stratégie de campagne d’email marketing si les raisons sont connues. Voici les principaux coupables du désengagement. Du contenu de mauvaise qualité. Si vos emails n’ont pas délivré un contenu pertinent et précieux qui pourrait vraiment être utile à votre public cible, alors ça ne surprendra personne que vos abonnés aient arrêté d’ouvrir vos messages. Revoyez votre copie une fois que vous avez découvert que c’était la raison principale d’un désengagement à grande échelle. Vous devez donner quelque chose à vos contacts email avant d’attendre quoi que ce soit en retour. La surcharge d’emails. Avez-vous envoyé trop d’emails ? L’attention des abonnés a une limite, donc ils priorisent. En les surchargeant, vous avez probablement fait en sorte que vos messages atterrissent dans la pile « A lire un jour »… et ce jour n’est jamais arrivé. Image via notablist.com Une bonne façon d’éviter la surcharge, tout en faisant du réengagement, c’est de donner la possibilité (une seule fois) de réduire la fréquence, comme cet exemple de Delish avec sa campagne « We miss you ». Ils n’ont jamais vraiment été intéressés : peut-être qu’avec la meilleure intention du monde, vous avez offert une possibilité d’opt-in brillamment marketée, afin d’augmenter vos abonnés. Mais en fin de compte, vous n’avez pas obtenu de pistes de qualité. Si l’offre gratuite était « trop bonne », vous avez peut-être sans le vouloir attiré des gens qui n’ont aucun intérêt dans votre marque, et qui voulaient simplement le produit gratuit que vous offrez. Afin de garder un œil sur la qualité de vos abonnements, sauvegardez toujours le nom de votre abonnement dans le profil du client. Cela vous évite d’investir gros dans un groupe basé sur une offre gratuite, qui peut diluer à l’avenir la qualité de votre liste d’abonnés. Vous avez rompu une promesse (ou plusieurs) : Les titres pièges-à-clic (clickbait)  qui ne délivrent pas, un téléchargement visiblement très utile mais qui n’est finalement rien de plus que de la publicité flagrante… les promesses rompues compromettent la confiance que vos abonnés ont dans votre marque, et cela engendre du désengagement. Prenez leur pouls Il est important d’identifier à quel point votre abonné est désengagé. Cette personne s’est-elle juste éloignée de vos campagnes d’email marketing, ou de vos autres points de contacts également ? Parce qu’il existe plusieurs stades de « mort », chacun ayant sa propre stratégie de réengagement. Vous devez segmenter vos abonnés morts en groupes, selon le canal dont ils se sont désengagés. Vivante mais désengagée : cette personne n’ouvre pas vos emails, mais visite encore votre site web et votre boutique physique, et la semaine dernière, elle a liké l’un de vos posts sur Facebook. Il va être relativement facile de la réengager.  Assez morte : Cette personne n’ouvre pas vos emails, ne consulte pas votre site web, et ne s’engage pas via d’autres canaux. Elle a fait un achat cette année, mais vous n’avez pas entendu parler d’elle depuis. Il va être vraiment, vraiment dur de la réengager. Tellement morte qu’il faudrait lui faire les poches : Cette personne est complètement désintéressée. Elle n’ouvre pas vos emails, ne s’engage pas avec votre marque, et n’a jamais fait un achat. Le seul engagement que vous avez vu, c’est l’abonnement à la liste d’email. Elle est impossible à reconquérir parce qu’elle n’a jamais été intéressée. Comment réengager Si quelqu’un s’est seulement désengagé de vos emails mais continue d’engager votre marque sur des canaux alternatifs, le meilleur coup à jouer, c’est de leur parler directement avec un email de réactivation, en leur demandant de mettre à jour leurs préférences. Les emails qu’ils ont reçus de votre part n’ont peut-être pas été suffisamment personnalisés, ou ne sont tout simplement pas assez utiles ou engageants. Repensez vos emails pour les rendre plus utiles, et envoyez-les. Pas une fois. Pas deux. Essayez au moins trois fois avant d’abandonner ce contact qui est encore précieux. Si toutefois, quelqu’un s’est désintéressé de la plupart de vos canaux – email, réseaux sociaux, site web – vous devez complètement redémontrer votre valeur. Vous pouvez envoyer une offre pour les séduire, ou envoyer quelque chose de direct, par exemple un message disant que vous ne les avez pas vus depuis un moment, et que vous aimeriez rétablir une relation. Soulignez toutes les nouvelles, les options, les ventes et le « buzz » que vous avez créés ces derniers mois, et montez même d’un cran en ajoutant des témoignages clients pour prouver votre valeur. Oui, il y a des abonnés que vous allez devoir éliminer de la liste. Si vous vous apercevez que vous leur faites les poches, c’est qu’il est temps de s’en débarrasser. Si la personne n’a jamais acheté, ou interagi avec votre marque sur aucun canal, vous pouvez vous sentir productif en l’éliminant de votre liste d’abonnés. Ne laissez pas votre contact dépérir Lorsque vous remarquez des poids « morts » dans votre liste d’abonnés, évitez la tentation de supprimer directement les utilisateurs désabonnés. D’abord, vous devez les remarketer intelligemment. Souvenez-vous que votre objectif n’est pas ici de convaincre l’abonné désintéressé d’acheter directement via cet email, et ce n’est pas non plus de se contenter qu’il ouvre l’email. Ce que vous voulez vraiment, c’est que vos clients potentiels recommencent à interagir avec vous, et finissent en fin de compte par acheter chez vous régulièrement. Réengager vos contacts, c’est un effort qui en vaut la peine !


Lire plus
De l’importance d’un graphisme d’emailing adéquate pour augmenter votre délivrabilité.

De l’importance d’un graphisme d’emailing adéquate pour augmenter votre délivrabilité.

Emailing • avril 19, 2017

L’objectif de cet article n’est pas tant de partager de nobles considérations esthétiques de graphisme autours de vos campagnes d’emailing mais plutôt de nous centrer dans l’aspect pratique pour éviter les écueils, les tant redoutés filtres anti-spams et ainsi parvenir à la tant aimé boîte de réception de votre destinataire. Qu’est-ce qui fonctionne le mieux dans l’emailing? Que ce soit du texte 100%. Voilà, voilà , merci pour votre attention… Au revoir. Attendez, attendez, on va plutôt vous expliquer ce qu’il en est de la théorie et vous serez ainsi plus  à même de juger par vous même de la meilleure approche à choisir. Éléments à prendre en compte pour que votre newsletter parvienne à ses destinataires. Un usage limité des images. Dans le meilleur des cas, il faudrait que l’emailing ne soit que du texte. Ok, ça on a compris. En même temps, c’est un peu moche. Si l’on souhaite quelque peu égayer son propos le rapport idéal est de 30% d’images pour 70% de texte. Au delà de ce rapport 30/70 la délivrabilité de vos campagnes s’en ressent. Une mise en page à une colonne pour vos campagnes emailing. “Ah ben c’est vraiment pas très folichon non plus” me direz vous. Oui mais voilà, la clé du succès de votre campagne emailing réside dans sa simplicité. La mise en page de campagnes à deux ou trois colonnes, ou plus alambiquée encore, n’aide en rien à augmenter la délivrabilité. La mise en page d’emailing à une colonne a deux avantages: clarté et ordre dans le contenu, mais surtout le plus important étant que ce format permet à vos campagnes d’être responsive et ainsi de s’adapter à tous les types d’écrans. Bref, l’utilisateur final vous en sera reconnaissant.. Ne portez pas “trop haut” les couleurs. Les couleurs HEX que nous préconisons sont:  #FFFFFF pour le fond de l’emailing et #000000 pour la couleur des lettres. Soit, fond blanc et lettre noire. La  punchline est servi! Alors évidemment, il y a les couleurs “corporate”, dans ce cas là, rappelez vos couleurs dans votre logo mais pas dans la couleur de fond. Il est aussi chaudement recommandé d’éviter les couleurs trop criardes et de porter un soin particulier au contraste pour favoriser l’expérience de lecture. Format et taille de polices Vous êtes nombreux à nous demander pourquoi nous ne proposons seulement que  17 types de polices différentes. La raison est simple, ce sont les 17 polices lues et acceptées unanimement par les principaux webmails. Ce qui tend à dire qu’en utilisant l’une de ces polices, le format restera exactement identique quelque soit la boîte de réception. C’est pourquoi nous ne proposons pas l’option d’importer d’autres types de polices personnalisées. De la même manière, nous vous recommandons l’usage d’une police au design simple. En effet, l’abus de lettre en gras peut vous faire atterrir directement en spam, ou l’utilisation de majuscules est abusive car  ON DIRAIT QU’ON EST EN TRAIN DE CRIER ce qui produit le même effet qu’une police en gras. Les couleurs sont également à prendre en compte. Il faut bien garder à l’esprit que l’important ici est d’offrir une expérience de qualité à votre lecteur quand il lira votre emailing. Les mots maudits, les spams et les symboles. Un classique du genre. Vous saurez déjà sans doute qu’il est des mots qu’il convient d’éviter: “Bon marché, Gagner argent, Millions, Salaires, Paye Extra, Gratuit, Garantie, Travail à domicile, Incroyable Opportunité, Offre Spéciale, Crédits, Offre à durée limitée, Commandez Maintenant, Engagement, Perdre du poids...” Il faut aussi faire preuve de parcimonie quant à l’usage des points d’exclamations, des symboles monétaires ($ ou €), des astérisques et des symboles farfelus. Cela risquerait de faire plonger votre délivrabilité. Les émoticônes? Oui, mais avec modération. Il faut aussi s’assurer des liens inclus dans l’emailing. Un email avec des liens erronés est comme une boîte vide. Administrer les abonnements. Ce paramétrage se fait au moment même de la création de l’emailing à partir de notre Éditeur “Drag & Drop”, alors on ne vas pas se priver de vous donner quelques conseils en plus. A l’intérieur du bloc, vous avez la possibilité, la nécessité, que  dis-je, le devoir même d’intégrer les informations suivantes: Gérer mon abonnement Envoyer un email Me désabonner Abus Ces quatres liens participeront en silence au maintien de votre bonne réputation aux regards des FAI. La transparence offerte à vos lecteurs ne peut que vous être bénéfique. That’s all folks! Six conseils utiles à prendre en compte sans oublier pour autant vos propres impératifs.  N’hésitez pas à mettre nos remarques en pratique et à partager avec nous vos résultats. En échange de quoi ces précieux conseils?...Mais de rien! Faites nous seulement le plaisir de partager notre article et n’hésitez pas à laissez vos commentaires à la fin de cet article.. Vive l’email marketing avec Benchmark Email!


Lire plus
Pourquoi une base de contacts actualisée booste votre stratégie d’email marketing?

Pourquoi une base de contacts actualisée booste votre stratégie d’email marketing?

Emailing • avril 12, 2017

Nous avons déjà évoqué l’importance de constituer soi-même sa base de données. Quel intérêt alors de la maintenir à jour? Vous souhaitez améliorer les résultats de vos campagnes d’emailing? Et bien, il va falloir se retrousser les manches. Si votre liste de contacts n’est pas à jour, vous allez au devant de problèmes de délivrabilité, ce qui signifie: primo ne pas obtenir les conversions espérées; segundo vous vous exposez au risque que votre emailing soit considéré comme….un spam (je sais, c’est mochel). Comment gérer votre liste d’abonnés pour optimiser la délivrabilité des campagnes d’emailing? Premier conseil, constituez votre base de données vous-même. N’achetez pas de listes contenant des milliers d’adresses. Pour vos envois, il vaut bien mieux commencer from the beginning et ajouter au fur et à mesure les contacts à cette liste plutôt que d’acheter des adresses emails sur Internet.    Il est beaucoup plus efficace d’envoyer 100 emailings à des personnes qui vous ont réellement donner leurs adresses que d’envoyer 1000 emailings à des personnes qui ne vous connaissent pas…On peut mentir 1000 fois à 1 homme mais on ne peut pas… non..c’est pas ça... faite comme si je n’avais rien dit (et si vous captez la référence cinématographique, say yeah!). Bref, pour créer une bonne mailing list, il faudra tout d’abord parvenir à ce que vos cibles (clients, leads, etc..) veuillent bien vous indiquer leurs adresses de courrier électronique. Pour cela, vous veillerez à mettre en place une série de stratégies en fonction du canal choisi. Nous allons ici nous centrer sur un florilège d’idées: 100% pratique, 100% efficace. Site web: le formulaire d’inscription qui permet de vous contacter et de poser des questions doit être visible et facilement localisable. Vous devez également prévenir ceux qui remplissent ce formulaire qu’ils recevront ensuite de vos nouvelles et ils doivent donner leurs accords préalables. Blog: vous avez probablement déjà un site web et un blog. N’hésitez pas à faire apparaître un pop-up invitant les internautes à laisser leurs emails pour recevoir votre newsletter. Et pour les inciter à franchir le pas, rien de mieux que de leur offrir un cadeau: un livre blanc, 10% de remise, un rapport, etc.. Créer un groupe dans des plateformes comme Meetup, où des personnes aux intérêts similaires peuvent se retrouver.. Cours online, webinars où pour y assister il est nécessaire de s’inscrire. Landing Pages où l’on demande également de s’inscrire afin de recevoir un livre blanc, des tutoriels, etc... Promotions et tirages au sort sur les réseaux sociaux. Congrès et salons pour échanger les cartes de visites, réaliser des sessions de networking. Une fois créé la base de données, il est primordial d’établir des liens avec votre base (de données). C’est à dire leurs offrir une expérience unique qui les donne envie d’ouvrir vos emails et surtout que la relation puisse s’inscrire dans le temps (visites récurrentes sur votre site, ouverture de vos emailings, clics…). Pour y parvenir, nous avons l’outil parfaitement adapté à un engagement durable. Automatisation Pro vous permet de renforcer l’engagement au quotidien grâce à des parcours clients personnalisés en fonction des intérêts spécifiques de chacuns sur des critères bien spécifiques (landing page, ouverture d’emailing, etc). Si vous avez déjà la chance d’avoir un engagement fort auprès de vos clients, ou de vos leads, alors vous n’aurez pas besoin de cet article (vous pouvez en profiter pour  essayer de retrouver la référence cinématographique antérieure;)). Sinon, pour les trucs et astuces, c’est ici: Tout d’abord, assurez vous de qui ouvre ou non vos campagnes d’emailings. Le contact peut ne plus être intéressé, ou l’adresse email inutilisée. Dans ce dernier cas, les FAI risquent de considérer votre mailing comme spam (et ça, ça craint). Pour y remédier nous vous offrons plusieurs alternatives.: “Nettoyage des listes”. Il est fortement recommandé après 3 ou 4 campagnes d’emailing de vérifier la qualité des listes notamment en supprimant les e-mails NPAI (aka hard bounces). En effet, si vous avez un pourcentage élevé d’’emailing non-ouverts, vous pouvez: Les éliminer des listes: en plus, cela peut vous permettre d’accéder à un plan à moindre coût (puisque votre nombre d’abonnés diminue) et d’augmenter d’une manière considérable les pourcentages en ouverture puisque vous vous dirigerez à une cible qui interagit avec votre contenu. Diviser la liste en deux: une liste “emailings lus” et une liste”emailings non-lus”. Dans l’absolu, le mieux est alors de créer un sous-compte où sera utilisée la liste “emailings non lus” et un compte maître où sera utilisée la liste “emailing lus”. Ainsi votre compte maître bénéficiera d’une meilleure réputation et le sous-compte servira à réactiver au fur et à mesure les usagers en les passant du sous-compte au compte principal. Envoyez des messages différents à la liste “emailing non-lus” et à la liste “emailing lus”. La liste “emailing lus” n’a pas besoin d’être réactivée par des incitatifs en particulier. Au contraire de la liste “emailings non lus” à qui vous pourrez renvoyer un emailing de confirmation à continuer à recevoir vos campagnes avant de les supprimer de votre liste. Si l’objet de votre email est pertinent, c’est une bonne méthode pour recréer du lien avec vos abonnés.. La création de segments. Au plus le message est personnalisé, au plus il a de chances de parvenir à son destinataire. Emailing ciblé, autre outil disponible sur votre compte Benchmark Email. Mis au point pour gérer les listes tout en s’adressant à des cibles spécifiques. Vous pouvez ainsi créer des listes “Emailings lus”, “Emailings non-lus”, “clics”. Une fois crée, vous pourrez segmenter les listes en fonction de leurs intérêts.. Vous avez aimé cet article? Vous voulez devenir incollable sur la délivrabilité et la création de campagne d’emailing? Vous n’avez toujours pas trouvé la référence cinématographique? Continuez à nous suivre dans nos prochains articles. N’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux et à laisser vos commentaires sur notre blog. Vive l’email marketing avec Benchmark Email !


Lire plus
1 2 3 4 5 6 7 10