Benchmark Email et Hatchbuck CRM fusionne!

Produit & Design - Temps de lecture 3 Minutes

Benchmark Email et Hatchbuck CRM fusionne!

Lire plus

Publications récentes

PieSync intégré dans Benchmark Email

PieSync intégré dans Benchmark Email

Aller plus loin • mai 31, 2017

N’importe quel marketeur digne de ce nom connaît, ou fera l’effort de chercher, les outils dont il a besoin pour être le meilleur dans son domaine. S’il a l’esprit pratique, et nous savons que les marketeurs qui choisissent Benchmark l’ont, ils trouveront une façon d’intégrer ces outils chaque fois que ce sera possible. Intégration de PieSync avec Benchmark Email Nous vous présentons l’intégration PieSync dans Benchmark Email. Ils ont conçu une synchronisation de données à double sens avec toutes les applis basées sur le cloud que vous utilisez pour votre entreprise. Parfaitement ! Vous pouvez maintenant connecter tous les outils que vous utilisez pour développer votre activité. PieSync permet une synchronisation de données à double sens et en temps réel entre vos outils et applis basés sur le cloud, et Benchmark Email. Boostez votre efficacité grâce à la puissance de l’email marketing. Finie la perte de temps à exporter et importer des listes de et vers votre compte Benchmark Email. PieSync vous aide à maintenir une seule base de données unifiée sur toutes les plateformes. Cela vous permet de vous concentrer sur les tâches importantes, en sachant que cette synchronisation sera automatique. PieSync surveille vos applis pour voir lorsqu’une mise à jour est nécessaire, et procèdera alors à la synchronisation de toutes les nouvelles données. Vous pouvez également définir une des applis comme source de base de donnée maîtresse, afin d’éviter d’écraser par erreur la base de données Maîtresses ou de garder des informations obsolètes. Que faut-il intégrer ? Vous devriez profiter de toutes les occasions possibles pour intégrer vos applis business avec votre compte Benchmark. CRM. Si vous avez une base données CRM, vous avez fait le gros du travail requis pour une bonne gestion de liste et un bon email marketing. PieSync va s’assurer que vos mailing listes sont à jour et synchronisées avec votre CRM. Utilisez l’automatisation sur votre compte mail pour créer des parcours client efficaces. E-commerce. Vous pouvez envoyer des emails de suivi à vos clients à partir du moment où ils font un achat. Informez-les sur les articles ou les accessoires similaires, ou quand il est temps d’acheter plus, grâce à une bonne campagne automatisée. Editeurs de formulaires. Si vous récupérez des données et des adresses mail via un éditeur de formulaire, vous pouvez envoyer ces listes directement vers votre compte d’email marketing. Envoyez un email de bienvenue, utilisez à bon escient le code promotionnel promis par votre formulaire, et plus encore. Choisissez une appli à synchroniser avec Benchmark (different apps here no need translation) une technologie de Qu’est-ce que vous intégrez ? Dites-nous quels outils et applis vous associez à votre email marketing pour booster votre activité ! N’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux et à laisser vos commentaires sur notre blog. Boostez votre email marketing avec Benchmark Email !


Lire plus
Le point Lean quotidien

Le point Lean quotidien

Projet Lean • mai 30, 2017

Quand nous avons décidé de nous lancer pour de bon dans le management LEAN chez Benchmark, nous savions que nous allions rencontrer un obstacle supplémentaire car notre équipe est dispersée à travers le monde. Pouvait-on de façon réaliste enseigner le concept du Lean à plus de 140 Benchmarkers qui travaillent en 9 langues et sur 8 fuseaux horaires ? Plus important encore, pouvait-on construire une culture LEAN qui se ressentirait dans notre manière de prendre des décisions et de travailler au quotidien ? C’était là des questions importantes auxquelles notre leadership devait répondre. Nous avions déjà monté notre équipe Equipe Lean donc nous devions maintenant nous atteler à l’intégration du Lean dans notre vie quotidienne. Nous devions propager le message de l’amélioration continue. Nous faisions déjà des points rapides, de petites réunions et des  weekly Level 10 pour nos différentes équipes. Mais nous ne faisions pas de réunion régulière à laquelle tous les employés de l’entreprise assistaient. Allions-nous parvenir à réunir tout le monde, tous les jours ouvrables, dans tous nos bureaux dans le monde ? Pouvions-nous nous permettre cette perte de temps ? La réponse était : absolument ! En fait, nous ne pouvions pas nous permettre de NE PAS tenir ces réunions, surtout si nous voulions aboutir à une vraie transformation lean. Nous voyions cela comme un investissement dans nos équipes et espérions qu’elles le verraient de la même façon. Je m’inquiétais surtout pour les programmeurs. Ils ont tendance à être très intelligents, très manichéens et pas très sensibles. Je les voyais déjà me dire « Mais pourquoi est-ce qu’on perd notre temps à faire ça ? J’ai un programme à coder ! » Nous avons décidé de nous réunir tous les jours pendant 19 minutes, et nous avons donc appelé notre réunion Lean 19. Dans chacune des 6 autres régions, ils ont choisi une heure à laquelle ils pouvaient se tenir tous les jours. Au siège, à Los Alamitos, nous avons choisi 9h41. C’était un horaire étrange, ce qui fait que tout le monde s’en souvenait. Nous avions un rappel automatique sur Slack qui postait à 9h39, puis nous « sonnions la coche » à 9h40. La plupart des employés étaient déjà en route pour la salle de conférence et assis à 9h41. [caption id=\"attachment_5270\" align=\"aligncenter\" width=\"768\"] La cloche du Lean 19[/caption] Les premiers mois, les réunions consistaient à apprendre les principes du Lean, à parler de nos « améliorations de 2 secondes », à passer en revue l’une de nos valeurs clefs, puis à regarder un Ted Talk comme source d’inspiration. Au départ, nous avons eu un peu de mal à embarquer tout le monde, et je pense que certains se sont dit que nous étions fous. Je m’inquiétais surtout pour les programmeurs. Ils ont tendance à être très intelligents, très manichéens et pas très sensibles. Je les voyais déjà me dire « Mais pourquoi est-ce qu’on perd notre temps à faire ça ? J’ai un programme à coder ! ». Mais j’avais tort. Non seulement ils nous ont suivis, mais ils ont adoré. En fait, ils semblaient apprendre le Lean plus rapidement que les autres. Notre première réunion Lean 19 a eu lieu le 18 juillet 2016. Depuis, nous avons tenu une réunion presque tous les jours ouvrables, et elles ne font que s’améliorer.


Lire plus
Going Global : la barrière de la langue

Going Global : la barrière de la langue

International • mai 26, 2017

Cette semaine a été pour moi marquée par des voyages en Inde. Je rends visite à nos bureaux de Delhi, puis à nos programmeurs de Mumbai, et enfin à notre nouvelle équipe de CRM à Kerala. Je suis encore dans l’avion au moment où j’écris ces lignes. J’aime la culture et le pays indien. J’ai toujours trouvé qu’ils étaient assez aimables et bavards à chaque fois que j’ai eu l’occasion de discuter. Pour en revenir à notre série Going Global : quelles sont les difficultés que nous rencontrons, en tant qu’entreprise de petite taille, mais mondiale ? En un mot, les ressources. Comme nous sommes une petite entreprise, nous n’en avons pas beaucoup pour chaque région. Chaque pays doit avoir plusieurs chapeaux : développement commercial, ventes, gestion du contenu, traductions, comptabilité, administration et toutes les autres tâches qui pourraient être requises. Sur ce blog, je vais me concentrer sur certains des grands concepts et des difficultés que l’on rencontre lorsque l’on est mondial. Par exemple, nous avons récemment lancé une nouvelle page d’accueil, une nouvelle marque et un nouveau logo. Donc, bien entendu, le design doit inclure toutes les langues que nous utilisons (anglais, français, allemand, espagnol, italien, portugais, chinois – simple et traditionnel – ainsi que japonais). Le design en neuf langues n’est pas chose aisée, et peut vraiment ralentir le processus. Est-ce que la traduction rend bien ? Est-ce qu’on garde certains mots anglais ? Est-ce que l’espacement est correct ? Nous devons souvent attendre que toutes les traductions nous parviennent avant d’avancer, et si nos équipes sont occupées, cela peut prendre plusieurs jours, ce qui ralentit tout le processus. De plus, presque chaque région a une idée précise de l’apparence que doit avoir la page, ou de ce qui est important pour la région. C’est compréhensible, mais cela prend encore du temps. Nous avons un Système de Gestion du Contenu maison, ce qui nous apporte de la flexibilité et un certain degré de contrôle, mais le processus semble tout de même assez léthargique. Les 5 problèmes majeurs de la gestion de langues multiples pour une petite entreprise, et peut-être aussi pour une grande entreprise, sont : Obtenir les résultats voulus de vos pages web, grâce aux nuances et au sens que vous essayez de communiquer dans chaque pays. Arriver à obtenir des traductions en temps et en heure pour neuf langues différentes. Le développement commercial. En Chine, les téléphones sont très utilisés.  Il faut beaucoup démarcher et parler aux clients pour prendre les commandes, et obtenir des contrats écrits pour 6 mois ou un an. Comparé aux Etats-Unis et à l’Europe, où les affaires se font surtout par carte de crédit et transactions en ligne. Cela rend moins facile la standardisation du processus de développement commercial, et demande beaucoup de personnalisation, ce qui est plus difficile à systématiser. Accepter les paiements locaux. Dans certaines régions, en particulier en Chine, Inde et Amérique latine, nous avons autorisé les paiements locaux. Nous l’avons fait pour plusieurs raisons. D’abord, c’était pour obtenir les contrats. Ensuite, parce que dans ces régions, les entreprises ne peuvent pas déduire leurs paiements en tant que dépenses, à moins d’obtenir un crédit d’impôts sur les services, ce qui demande un paiement local. Le décalage horaire, c’est un vrai obstacle. Même si on utilise autant d’outils que possible (Skype, Slack, SMS, téléphone, Whatsapp… tout ce qu’on trouve), personne ne peut travailler au même niveau de créativité et de productivité toute la journée. Les capacités mentales de la plupart des individus ne sont pas aussi bonnes à 22h-minuit qu’à 8-11h du matin. Lorsque vous additionnez tout cela semaine après semaine, parfois jour après jour, cela peut devenir fatigant. Le marketing est personnalisé pour chaque région, ce qui encore une fois prend du temps et ne permet pas de standardiser. L’Inde, le Brésil et d’autres régions nous permettent d’obtenir des inscriptions gratuites à bas coût, que l’on peut ensuite passer au crible pour trouver les pépites qui achèteront notre produit. Mais aux Etats-Unis, au Japon et en Europe, le CPC est cher pour obtenir de nouveaux utilisateurs. Pour résumer, on peut dire que la gestion d’une petite entreprise mondiale, avec beaucoup de petits bureaux, présente certains obstacles à l’extension du business. Mais l’un des avantages de se mondialiser rapidement, c’est que l’on comprend les difficultés et que l’on commence à itérer les processus. Par conséquent, nous nous améliorons à chaque trimestre. Un peu comme une machine à Intelligence Artificielle (si seulement nous pouvions itérer aussi rapidement). De plus, sur certains marchés, le fait d’être pionniers et de présenter une offre aussi riche présente certains avantages.


Lire plus
5 outils psychologiques pour augmenter l’impact de vos campagnes d’emailing

5 outils psychologiques pour augmenter l’impact de vos campagnes d’emailing

Aller plus loin • mai 17, 2017

Il n’est pas toujours possible de s’asseoir et de penser de façon logique à toutes les décisions à prendre, en particulier celles que nous prenons des centaines de fois par jour. Donc nous utilisons des raccourcis, nous nous fions à nos émotions pour faire certains choix. Par exemple, dans votre boîte mail, vous ne lisez que les emails qui attirent votre attention, et vous supprimez le reste. C’est un choix émotionnel. C’est pourquoi la compréhension de la psychologie et du comportement des consommateurs est importante pour un marketeur. Vous devez savoir ce qui les dérange, ce qui les repousse, et ce qui pourrait les tenter. Voici quelques exemples de phénomènes psychologiques qui ont un effet sur la décision d’un consommateur : 1.Utilisez la FOMO   La plupart des êtres humains ont une aversion à la perte : leur FOMO (Fear of missing out, la peur de manquer quelque chose en français) les pousse souvent à agir. En fait, d’après une étude, les Britanniques ont 39% de chances en plus d’ouvrir un email, lorsqu’il leur promet d’atténuer la peur de manquer. Par exemple, disons que votre mail mentionne une « offre promotionnelle spéciale de 50% juste pour vous », ça peut être alléchant, mais pas assez pour déclencher une réaction instantanée. Si vous aviez plutôt écrit « Offre promotionnelle de 50% juste pour vous – expire dans 1 heure », la probabilité est plus élevée d’avoir une réaction instantanée. C’est un principe que les sites de ventes en ligne utilisent très bien. Si vous avez remarqué, en-dessous d’un produit en vente, ils écrivent souvent « Plus qu’un article en stock ». Cela déclenche une impression d’urgence et vous pousse à agir maintenant. Donc, la rareté et l’urgence sont les clefs du déclenchement d’une action. La rareté est également un principe économique qui postule que lorsque l’offre d’un bon produit est basse, la demande est généralement haute, et le produit semble plus désirable. Vous pouvez utiliser la FOMO en employant des mots comme « expire » dans le titre pour améliorer vos taux d’ouverture. Utilisez le contenu de l’email pour élaborer d’autant plus sur la rareté ou l’urgence, afin d’augmenter vos taux de clics. 2. Choisissez les bonnes couleurs pour susciter la bonne réaction En psychologie commerciale, on estime que la couleur explique à hauteur de 60% la raison du rejet ou de l’acceptation d’un produit ou d’un service. Les couleurs suscitent des réactions émotionnelles de la part des lecteurs, donc choisissez votre palette de couleurs selon la réaction émotionnelle que vous voulez déclencher chez eux, à la lecture de l’email. Par exemple, on sait que le rouge inspire une sensation de danger ou d’urgence, et peut augmenter le rythme cardiaque, tandis que l’orange est associé à l’agressivité et peut inciter les lecteurs à cliquer sur le CTA (call to action). Le bleu représente la confiance et peut donc vous servir lorsque vous parlez de « sécurité ». Même si chaque couleur déclenche une émotion très particulière, gardez à l’esprit que la meilleure façon de découvrir ce qu’une couleur pousse à faire, c’est le tâtonnement. Lorsque vous choisissez des couleurs, il ne suffit pas non plus de choisir une couleur pour le thème, et choisir celle des autres composants de l’email au hasard. D’après Three Deep, la couleur du CTA, par exemple, doit être complémentaire à celle de l’email pour délivrer les meilleurs résultats. 3. Guidez avec une image   Comme les couleurs, les images suscitent également une réaction émotionnelle chez le lecteur, et c’est pour cela que l’on dit « Une image vaut mieux qu’un long discours ». Le fait est que la plupart de vos prospects ne vont pas s’arrêter pour lire chaque mot de votre email ; ils vont sûrement le scanner pour voir s’il y a quelque chose d’intéressant, et sinon passer à autre chose. C’est là que des images puissantes peuvent interrompre leur scan automatique et capter leur attention. Au moment de choisir des images pour votre email, au lieu de prendre des images impersonnelles, prenez des images de gens, en particulier de gens heureux. De telles images vont réussir à capter leur attention. Vous pouvez également utiliser une image pour diriger le client vers un endroit particulier de votre email, par exemple, l’endroit où se trouve le CTA. L’utilisation de l’image d’une personne qui sourit, et qui pointe vers le bouton d’inscription peut être assez efficace. 4. Utilisez le contenu pour fidéliser votre client.   Pour la plupart des entreprises, la personnalisation ne va pas plus loin que l’ajout du nom du destinataire tout en haut de l’email. Vous devez comprendre que la raison pour laquelle vous devez personnaliser est très psychologique. D’après une étude menée par l’université du Texas, notre besoin d’expériences personnalisées existe pour deux raisons : notre désir de contrôle, et la surcharge d’informations. Même si le client n’a littéralement aucun contrôle sur l’email, lorsqu’il réalise que l’email lui a été construit sur mesure et lui est unique, il a l’illusion du contrôle. De plus, en cette ère d’informations omniprésentes, la seule façon de capter l’attention de votre lecteur, c’est de lui parler de lui-même, et pas seulement de lui parler ! La personnalisation est une façon d’établir un lien avec votre client, en comprenant ce qu’il veut et qui il est, et en utilisant ces données pour composer votre email. Vous pouvez ajouter de la personnalisation à vos campagnes d’emailing d’un certain nombre de façons. Par exemple, disons que vous êtes une startup de livraison de courses, vous savez qu’il pleut fortement sur la localisation de votre client, vous pouvez lui envoyer un email personnalisé pour tirer profit de cette situation en disant, « Hé, coincé par la pluie ? Laissez-nous travailler à votre place ! » L’utilisation de facteurs simples pour segmenter, comme l’âge, la localisation, le sexe de votre prospect peut vous aider à personnaliser de façon efficace. Si vous êtes une petite entreprise ou une entreprise en croissance, vous n’avez pas besoin d’investir dans des outils haut de gamme pour y arriver ; l’utilisation d’outils comme les étiquettes partagées et les règles/filtres pour segmenter votre base client est également une alternative intelligente et abordable. 5. Persuadez mieux en utilisant la preuve sociale   L’influence sociale est un autre phénomène psychologique important qui influence le comportement des clients, car ils vont observer les actions des autres clients pour prendre leur décision sur un produit/service. En fait, d’après une étude, 63% des clients ont indiqué qu’ils avaient plus de chances d’acheter lorsqu’un site affiche ses commentaires et ses notations clients. Nous pouvons déduire de cette donnée qu’un email qui contient de la preuve sociale sera plus efficace qu’un email qui n’en contient pas. Vous n’avez pas besoin d’inclure des pages de témoignages pour impressionner votre public : parfois une citation, ou une ligne écrite par un client suffira largement. Une autre idée : inclure un lien vers votre section témoignages et commentaires. En fait, vous pouvez vraiment faire preuve de créativité et trouver des façons intelligentes de présenter la preuve sociale, sans être trop explicite, par exemple en affichant le nombre de vues sur votre vidéo YouTube, ou le nombre de clients satisfaits, etc. Pour conclure Les données sont certes importantes dans vos décisions d’email marketing, mais souvenez-vous que le marketing est à la fois une science et un art. Vous devez comprendre l’esprit des consommateurs pour créer des campagnes vraiment efficaces, et parfois la meilleure façon de le faire, c’est d’essayer quelque chose, et de trouver ce qui marche ; la liste ci-dessus est un très bon début.


Lire plus
Les erreurs à éviter dans l’email marketing automatisé

Les erreurs à éviter dans l’email marketing automatisé

Emailing • mai 17, 2017

J’appartiens à la première génération qui a vraiment grandi avec les téléphones portables. Enfin, je suis peut-être un peu plus vieux que cette génération, mais je vous demander de jouer le jeu pour les besoins de mon argumentation (et de mon ego). Je suis très habile avec mon smartphone et je dois avouer qu’il est souvent collé à mes doigts. Grâce aux progrès de la technologie et de l’ergonomie, ma grand-mère aussi a un smartphone. Mais elle s’est persuadée qu’elle ne savait pas l’utiliser et ne veut pas apprendre. La dernière fois que je suis allé en ville, j’ai pris sur mon temps pour lui montrer à quel point c’est facile. Elle s’est rendue à l’évidence et a fini par admettre qu’elle était parfaitement capable d’utiliser son smartphone. Elle s’était emmurée dans une peur qui l’empêchait d’utiliser son téléphone, mais en voyant de ses propres yeux comment il fonctionnait, elle a pris confiance en elle et a commencé à l’utiliser.   Pendant des années, je suis allé à des expos et des événements, et je discutais avec des chefs d’entreprise qui avaient les mêmes préjugés sur l’email marketing et les réseaux sociaux. Avec le temps, cette peur a disparu. Elle a été remplacée par l’automatisation de l’email marketing. La technologie est arrivée au point où n’importe quel marketeur peut lancer des campagnes automatisées avec succès. Mais il faut s’affranchir des barrières mentales qui empêchent les marketeurs d’essayer. J’examine ci-dessous ce qu’il ne faut pas faire, pour que vous n’ayez plus qu’à configurer des parcours automatisés pour vos abonnés. Voici quatre erreurs à éviter dans l’email marketing automatisé :   Erreur n°1 : Ne pas faire d’email marketing automatisé Pourquoi éviter de faire quelque chose qui peut vous faire gagner du temps, de l’efficacité, et faire de vous un marketeur plus influent ? L’automatisation libère également du temps pour vos autres tâches importantes. En fait, un marketeur pragmatique devrait utiliser l’automatisation autant que possible.   Vous avez peut-être évité l’automatisation à ce stade parce que vous ne savez pas bien par où commencer. Alors commencez par quelque chose de simple. Beaucoup de marketeurs ont configuré un email de bienvenue à envoyer après l’abonnement. Ça ne fait pas de mal de commencer par un concept avec lequel vous êtes familier. Au lieu d’accueillir votre abonné avec un seul email, essayez de construire un parcours en trois emails pour l’accompagner et lui présenter votre marque.     Mettons que vous avez conçu des t-shirts personnalisés pour une équipe de sport locale et que vous essayez de convertir les nouveaux visiteurs de votre site en clients. Utilisez un formulaire d’inscription qui offre une petite réduction à ceux qui s’abonnent à votre liste.   Dans votre premier email de bienvenue, n’oubliez pas de donner le code pour la réduction que vous avez promise dans le formulaire d’inscription. Le Call to Action doit amener à acheter un t-shirt en utilisant le code de réduction.   Trois jours après leur abonnement, vous pouvez continuer avec une campagne d’emails contenant des témoignages de clients. Ils peuvent vanter le confort de vos t-shirts, ou le nombre de compliments qu’ils ont reçus en portant le t-shirt lors du dernier match de l’équipe. A nouveau, le CTA doit amener à acheter un t-shirt, avec un rappel du code de réduction.   Pour votre troisième email, sept jours après leur abonnement, vous pouvez leur montrer vos t-shirts les plus populaires, ou vos designs les plus récents. Un visiteur de votre site aura peut-être aimé l’apparence de votre page d’accueil, et se sera dit qu’un t-shirt serait intéressant à un moment ou un autre, mais il n’aura pas eu l’occasion de parcourir votre site. Le fait de voir les t-shirts dans leur boîte mail sera peut-être ce qui déclenchera la conversion. N’oubliez pas d’ajouter un CTA pour acheter un t-shirt, avec un rappel du code de réduction. Benchmark propose un modèle dans Automation Pro pour implémenter cette stratégie. Consultez-le ici :   Vous n’êtes pas le seul à démarrer en automatisation. D’après le rapport benchmark 2016 de LeadMD sur la maturité du marketing, seulement 21% des répondants ont déclaré qu’ils avaient un niveau de maturité en marketing automatique qui était égal ou supérieur à la moyenne.   Erreur n°2 : Ne pas fixer d’objectif   Il est impératif de connaître la raison de chaque parcours automatisé. La raison pour laquelle l’automatisation a autant de succès, c’est parce que chaque point de contact doit rapprocher le prospect d’une conversion. La première étape d’une automatisation réussie consiste à comprendre ce qu’est cette conversion, qu’il s’agisse d’un abonnement, d’un achat, du téléchargement d’une étude de cas etc. A partir de là, vous remontez le processus en arrière.   Il est important de voir les choses du point de vue de vos abonnés et de vos clients. Même si votre objectif est probablement de vendre plus, eux veulent régler un problème. Votre rôle consiste à vous mettre à leur niveau et à expliquer en quoi vos biens ou vos services vont les aider à faire cela. Reprenons l’exemple précédent. S’ils consultent votre site web, ils veulent sûrement supporter leur équipe de sport locale ou ils veulent un cadeau pour quelqu’un dont c’est le cas. En leur proposant une réduction, vous incitez le visiteur à s’abonner, parce qu’il va voir la valeur de cette action dès le départ. S’ils n’ont pas encore acheté de t-shirt lorsque vous faites partir votre deuxième email, la lecture des témoignages peut contribuer à réduire l’anxiété qu’ils ont peut-être à l’idée d’acheter un t-shirt chez vous. Laissez vos clients vanter la douceur du coton, ou le nombre de compliments qu’ils ont reçus à propos du design personnalisé du t-shirt.   Une semaine après, il est possible que le nouvel abonné ait été distrait, ou ait oublié de parcourir la sélection de votre site web. Ça arrive. Nous vivons dans une culture d’hyperactivité. Donc quand le troisième email de votre parcours est envoyé automatiquement, vous mâchez le travail du nouvel abonné en lui montrant certains de vos articles les plus populaires.   Erreur n°3 : Ne pas segmenter ni déplacer les listes   J’ai récemment raconté l’horreur que j’ai vécue quand j’ai mal segmenté et automatisé ma liste, tout en partageant quelques stratégies. Je vais ici me concentrer sur cette erreur et comment l’éviter. Si vous ne segmentez pas vos listes, vous produirez des campagnes d’email non-pertinentes, et non-ciblées, qu’elles soient automatisées ou non.   La première solution à cette erreur consiste à démarrer la segmentation de votre liste dès l’abonnement. Cela peut se faire grâce aux données que vous récupérez ou en permettant au nouvel abonné de déterminer quelle liste il ou elle souhaite rejoindre, comme une newsletter quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle, avec une case à cocher pour toutes celles qu’il ou elle souhaite recevoir.   La prochaine solution consiste à utiliser l’engagement de l’abonné pour segmenter vos campagnes d’email ou votre site web. Si un abonné clique régulièrement sur un type de produit ou de service, vous pouvez les segmenter en une liste qui continuera de leur donner des informations sur ces articles d’intérêt. Pour poursuivre avec notre exemple, il pourrait s’agir d’un abonné qui a manifesté son intérêt pour des t-shirts pour hommes ou pour femmes, ou vous pouvez même les segmenter selon l’équipe qui les intéresse.   Une autre solution, c’est de créer un parcours qui vérifiera si un abonné a converti ou pas. Ainsi, vous pourrez déplacer un prospect sur une liste de clients une fois qu’il l’a fait. Un modèle de stratégie basé sur les preuves d’achat est disponible pour vous dans Automation Pro.   Erreur n°4 : Envoyer trop souvent ou pas assez   Comme pour tout email marketing, la fréquence avec laquelle vous envoyez vos emails est importante. Si l’on continue avec notre exemple d’entreprise qui vend des t-shirts, le parcours décrit ci-dessus réussit à battre le fer tant qu’il est chaud, car il sert les intérêts du nouvel abonné, mais n’envoie pas trop souvent pour éviter d’agacer le nouvel abonné, ou de paraître désespéré. L’autre extrême consiste à envoyer si rarement que le contact oublie qui vous êtes, ou pourquoi il ou elle s’était abonné(e) à votre liste.   Faites un test avec vos campagnes d’email ponctuels, et faites-vous une idée de la fréquence qui marche avec votre public. Une fois que vous avez cette donnée, il vous sera plus facile de prendre la bonne décision lorsque vous construirez vos parcours clients, et de comprendre les temps d’attente à respecter entre vos différentes campagnes d’email. [caption id=\"attachment_5036\" align=\"alignnone\" width=\"1114\"] Rapport de recherche 2016 de la DMA disponible sur Smart Insights[/caption] Si l’apprentissage des erreurs importantes en email marketing automatisé n’a pas suffi à lever vos doutes et à vous aider à franchir l’obstacle de la peur, notre ami Jordie van Rijn a dressé une longue liste de statistiques de marketing automatique qui devrait vous convaincre de sauter le pas et d’automatiser vos parcours clients. Qu’est-ce qui vous empêche d’utiliser l’automatisation ?  


Lire plus
3 choses que tout spécialiste de l’email marketing doit savoir

3 choses que tout spécialiste de l’email marketing doit savoir

Aller plus loin • mai 12, 2017

Que vous soyez chargé d’email marketing, de construire une équipe, ou d’embaucher un spécialiste, il y a des compétences concrètes que tout  bon marketeur doit avoir. Nous sommes là pour vous aider à concevoir cette liste, et à acquérir ces compétences. #1 Bien cerner le tableau. L’email marketing ne commence pas par les campagnes d’emailing. Il commence par la compréhension de la conversation qui est autour de vous. Le travail de tout bon spécialiste en email marketing consiste d’abord à observer la scène et comprendre la conversation autour de lui. Ça commence par l’écoute. L’écoute est l’une des choses les plus importantes que vous pouvez faire sur les réseaux sociaux. Beaucoup de marketeurs pensent que le but des réseaux sociaux est l’engagement, mais il est tout aussi important de garder les yeux et les oreilles grands ouverts sur ce dont parlent les gens, et comment ils en parlent. Il existe des façons simples de le faire, par exemple en créant des listes et en allant voir quotidiennement à partir de ces listes quels sont les thèmes de conversation. Mais pour les spécialistes d’un email marketing plus agressif, il existe des outils d’écoute des réseaux sociaux qui sont gratuits ou payants. #2 Comprendre ce que veut votre public Une étude appelée « Science of Email » a montré que 64% des abonnés à une liste d’emailing préfèrent les emails riches en texte. Une fois que vous avez déterminé si votre audience – et quelle partie de votre audience – appartient à cette catégorie, la prochaine étape consiste à identifier ce qu’ils trouvent riche. Alors que « riche » fait référence pour moi à mille mots, pour la plupart des personnes cela va probablement chercher dans les 400 mots, avec un lien vers une landing page s’ils veulent poursuivre la lecture ou en savoir plus. Puis il y a la question de savoir si tout le monde veut des mots. Une fois de plus, tout dépend de votre cible. Certains lecteurs ne seront intéressés que par le contenu visuel, ou un certain type de contenu comme les actus trimestrielles, ou les points hebdos. D’autres aimeront le contenu détaillé. Pour comprendre ce que veut votre public, vous devez le leur demander. Le meilleur moment pour le faire, c’est leur faire cocher leurs préférences lorsqu’ils s’inscrivent à votre mailing list. #3 L’automatisation vous facilite la vie Les emails qui récompensent les abonnés qui viennent de s’inscrire accomplissent autre chose : ils accompagnent vos leads dans le monde de votre marque. Le premier email que vous envoyez une fois que quelqu’un s’est inscrit est le plus important. C’est celui qui a statistiquement 41% de chances d’être ouvert, plus que tout autre email que vous enverrez, et il a un taux de clic de 14%, ce qui est assez élevé Le spécialiste en email marketing est un incompris. Les gens vont penser que vous restez assis toute la journée à coller des timbres – l’équivalent en chair et en os de ce qu’ils pensent de l’email marketing. Mais nous savons que nous valons mieux que ça. Nous savons qu’il faut beaucoup d’ajustements pour savoir exactement ce que le message doit être, comment le composer, et comment le présenter pour chaque segment cible. C’est pour cela que vous devez utiliser l’automatisation autant que vous le pouvez, en particulier les emails de suivi pour remercier vos prospects de s’être inscrits. Un spécialiste en email marketing doit être malin et utiliser tous les outils à sa disposition pour faire tourner à plein régime une machine bien huilée. Vous êtes le Grand Manitou qui opère dans l’ombre, actionne les leviers et appuie sur les boutons – et comme par enchantement, tout marche à la perfection au bout de la chaîne. Que pensez vous également que les email- marketeurs doivent savoir faire ? Partagez vos idées dans les commentaires !


Lire plus
F.A.Q : Importer et vérifier des listes de contacts.

F.A.Q : Importer et vérifier des listes de contacts.

Aller plus loin • mai 2, 2017

Votre liste est votre meilleur atout en email marketing. Une liste de bonne qualité joue un rôle majeur dans la réussite de vos campagnes et dans votre délivrabilité, et vous devez vous assurer que vous faites tout ce que vous pouvez pour n’envoyer qu’à des adresses mail valides. Pour vous aider à comprendre la qualité de votre liste avant d’envoyer une campagne, et faire en sorte que vous n’endommagiez pas votre réputation ce faisant, nous vérifions toutes les listes qui sont importées sur notre plateforme. Qu’est-ce que ça implique pour vous ? Poursuivez la lecture pour le savoir. Quels sont les avantages de la vérification de liste ? Des taux de rebond moins élevés. Si vous envoyez à une adresse mail invalide, l’email va rebondir. Plus vous avez de rebonds, plus votre réputation d’expéditeur va chuter, et une mauvaise réputation d’expéditeur a un impact très négatif sur les chances que vos emails atteignent les boîtes mail. Vous ne pensez peut-être pas à l’importance des taux de rebond, mais les FAI, les groupes anti-spam et les services aux entreprises de protection contre les emails paramètrent tous des seuils de rebond, des plaintes pour spam, et des demandes de désinscription, et ils utilisent ces informations pour prioriser les emails dans les messageries. De plus, si vous obtenez trop de rebonds, votre fournisseur de service de messagerie peut suspendre votre compte. Une meilleure réputation d’expéditeur. Voyez cela comme une sorte de notation de crédit. Si les résultats d’une campagne ne sont pas très positifs, alors cela laissera une marque négative sur votre historique d’expéditeur. De plus, comme un historique de crédit, une fois que votre réputation a chuté, il peut être difficile de la restaurer. Des résultats de campagne plus clairs. La vérification de votre liste signifie que vous n’enverrez plus d’email indélivrables. Sans ces emails, vos taux d’ouverture et de clic s’amélioreront. Des économies. La vérification de votre liste implique moins d’inscrits sur la liste, mais ce n’était pas des adresses mail valides de toute façon. Le fait d’avoir moins de personnes sur votre liste vous permettra peut-être de passer à un forfait moins coûteux, et vous aurez un retour sur l’investissement fait dans la vérification.   Que se passe-t-il quand j’importe une liste sur Benchmark ? Quand vous iimportez  une liste sur Benchmark, notre système fait passer un échantillon significatif de cette liste à travers un algorithme de validation d’emails, afin de comprendre la qualité de la liste. A partir de cet échantillon, les résultats sont rangés en quatre catégories : Valides : les emails marqués comme valides ont un compte valide associé, et l’envoi de campagnes à ces emails est sécurisé. Invalides : Il n’est pas possible d’envoyer des emails à ces adresses. L’adresse n’est peut-être plus utilisée, ou le format de l’adresse est incorrect. Accepter Tous (Accept All) : L’envoi à des adresses mail marquées comme Accepter Tous est risqué car le serveur a été configuré pour recevoir tous les emails envoyés à un domaine spécifique, ce qui donne la première impression que l’adresse est valide. Mais l’entreprise aura peut-être un firewall ou un autre outil de filtre, ce qui peut faire rebondir les emails une fois que vous envoyez la campagne. Inconnu : L’email a l’air ok, mais le domaine ne répond pas. Nous ne savons pas s’il ne répond pas à cause d’un problème temporaire ou permanent, donc l’envoi à ces adresses est jugé risqué. Une fois que l’échantillon a été pris, votre liste sera alors acceptée ou rejetée, selon ces résultats. Si votre liste est rejetée, c’est parce que trop d’adresses ont été marquées invalides, risquées ou les deux. Si votre liste est rejetée, vous ne pourrez alors pas l’utiliser sans la vérifier au préalable, car dans son état actuel, vous recevriez tellement de rebonds que votre réputation d’expéditeur en serait endommagée. Comment puis-je vérifier ma liste ? Tous les clients qui disposent de forfaits payants peuvent vérifier leur liste chez nous. Le processus est extrêmement simple et intuitif. Il vous suffit d’envoyer votre liste à votre chargé de clientèle ou à notre support technique, et ils se chargeront du reste. Si vous n’avez pas de compte payant, alors nous vous recommandons d’utiliser BriteVerify, Kickbox ou l’une des nombreuses alternatives qui existent pour vérifier votre liste. Ils existent beaucoup d’entreprises qui proposent la validation d’emails, mais la qualité de la technologie utilisée pour déterminer l’état des adresses varie énormément d’une entreprise à l’autre. Votre fournisseur va déterminer si la syntaxe de l’adresse mail est correcte (ex. moi@entreprise.com) et vérifier ensuite la validité du domaine d’email pour l’adresse mail. Enfin, il se connecte directement au serveur d’email pour voir si l’adresse mail existe sur le serveur. Combien coûte la vérification d’une liste ? Le prix que nous facturons pour une vérification de liste est très abordable : 3$ pour 1000 emails. Donc j’ai juste à vérifier la liste une fois et c’est bon ? Pas exactement. Il n’est pas très judicieux de se contenter de nettoyer sa liste pour ne plus y toucher ensuite jusqu’à ce que les taux de rebonds soient à nouveau anormalement élevés.  Vérifiez votre liste au moins une fois par an en utilisant les outils intégrés à notre plateforme au moins toutes les 3 ou 4 campagnes. Notre outil de nettoyage de liste est inclus dans tous les comptes et vous permet de choisir ce que vous voulez nettoyer : les rebonds stricts et confirmés, ou les personnes qui n’ont pas ouvert votre campagne sur X campagnes par exemple. Pour trouver cet outil, cliquez sur la liste que voulez nettoyer puis cliquez sur « nettoyer la liste », comme sur l’image ci-dessous : La vérification de liste est facile, et elle est un atout pour vos finances et votre email marketing. J’espère avoir donné quelques réponses à vos questions sur les listes. Si vous en avez d’autres, laissez-nous un commentaire ci-dessous ou contactez votre Spécialiste Engagement Client.


Lire plus
5 campagnes d’emailing pour réactiver des prospects froids

5 campagnes d’emailing pour réactiver des prospects froids

Aller plus loin • avril 25, 2017

On voudrait tous revenir à l’époque où les clients lisaient tous les emails, mais les temps ont changé. Les clients peuvent facilement repérer un spam ou un argumentaire de vente directe. Alors comment choisir entre la personnalisation des emails, et la construction d’une campagne à grande échelle ? La réponse : faites les deux. Segmentez vos clients par étapes du cycle d’achat (selon l’engagement client avec votre contenu) puis segmentez-les de nouveau selon la valeur prospective du client. Les clients qui présentent peu d’engagement et peu de valeur à long terme doivent faire l’objet d’un ciblage différent de celui réservé aux clients qui ont une grande valeur à long terme et qui présentent un engagement fort. Cet article cible les prospects à tous niveaux d’engagement et de valeur, qui se sont, pour une raison ou pour une autre, désinteressés. Ils n’interagissent plus avec votre marque et ne répondraient probablement pas si vous les appeliez. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez utiliser un logiciel pour automatiser votre marketing et construire des campagnes de communication afin de « réchauffer » certains de ces prospects désengagés. Pour vraiment engager des prospects froids, vous devez lancer une campagne d’automatisation d’email marketing bien ficelée. Un email simple avec un Call to Action ne suffira pas cette fois. Ils vous ont déjà ignoré par le passé, donc ils n’hésiteront pas une seconde à supprimer votre email et à se désabonner. Faites bien attention. Voici cinq idées de campagnes pour vous aider à les reconquérir. 1. Contenu éducatif Offrez du contenu éducatif gratuit en lien avec le poste ou le secteur du prospect, et davantage de contenus si le prospect clique sur le premier email. Mesurez les réactions (taux d’ouverture, clics, etc.) pour poursuivre la segmentation. Souvenez-vous que ce genre d’emails doit apporter de la valeur ajoutée : donnez à votre client des idées pratiques et des connaissances utiles qui lui permettront de répondre aux difficultés qu’il peut rencontrer. Quelques idées pour un programme éducatif continu : Un e-cours gratuit Une cadence d’email avec des doses quotidiennes d’information sur 3/5/7 jours Une série d’articles de blog envoyés sur leur adresse (envoyez des aperçus avec des liens vers le blog pour mesurer l’engagement) Pourquoi ça marche : Ceux qui suivent votre cadence ou qui interagissent avec votre contenu doivent d’abord être réactivés en étant au contact de votre offre. Lorsque vous offrez des idées pratiques et éducatives, vous augmentez la confiance des acheteurs potentiels, ce qui peut plus tard se transformer en revenus. Faites suivre cette campagne par un achat ou une offre, et demandez-leur du feedback. Tout le monde aime recevoir des trucs gratuitement, et si le contenu que vous leur délivrez est utile, ils seront plus susceptibles de penser que votre produit et votre équipe sont utiles. Utilisez cette campagne pour contacter : les visiteurs occasionnels – ceux qui lisent votre contenu pour y trouver des idées, mais qui ne sont pas encore convaincus d’avoir besoin de votre produit. 2. Des statistiques d’utilisation Ce type d’emailing utilise vos études de cas et vos tests clients pour prouver des résultats sur votre produit. Lorsque vous concevez ces emails pour des prospects froids, vous n’essayez pas seulement de prouver que votre produit fonctionne, mais aussi de prouver de la valeur de votre produit à l’acheteur, pensez donc aux difficultés et aux problèmes spécifiques que votre produit résout Pourquoi ça marche : Les chiffres attirent l’attention. En ajoutant des statistiques à votre email, vous aurez plus de chance d’accrocher vos lecteurs, et de faire en sorte qu’ils lisent avec attention, plus que s’ils se retrouvaient face à un pavé de texte. Utilisez des puces et des phrases courtes et concises, pour permettre une lecture rapide. Utilisez cette campagne pour contacter : les prospects qui se sont écartés du troupeau. Lorsqu’un prospect devient froid, il y a une raison. Vous devez l’engager, et vite. En lui fournissant des statistiques, vous lui apportez la preuve que votre produit fonctionne, et vous rappelez à ces prospects pourquoi ils s’étaient tournés vers vous en premier lieu. 3. Des emails basés sur l’action Ceux-ci exigent un peu plus de segmentation et de traçage de vos prospects, et ils peuvent aller de travers plus rapidement, mais envoyer un email du type « Nous avons remarqué que vous avez téléchargé ceci » peut engager un prospect distrait. Pourquoi ça marche : Ils réalisent que vous faites attention à eux. Lorsque vous mentionnez leur téléchargement/clic/lecture en particulier, ils vont voir quelque chose de familier dans votre email, et auront plus de chances de continuer à lire. Vous pouvez allier cette tactique de communication à une campagne de drip éducative afin d’emmener le client vers l’achat, mais ces emails doivent rester courts et informatifs. Utilisez cette campagne pour contacter : les gens qui traînent sur votre site web et utilisent votre contenu mais qui n’ont pas encore sauté le pas. 4. Une campagne d’excuses Utilisez un email d’excuses pour redémarrer la conversation avec les clients que vous avez perdus par négligence ou à la suite d’une mauvaise décision. Voyez cela comme un signal donné que la direction a changé, et que vous allez discuter avec le client sur la meilleure façon de reprendre la relation. Utilisez ces emails pour segmenter encore plus les clients que vous avez perdus : ceux qui répondent peuvent passer dans la liste « à réchauffer », tandis que ceux qui vous ignorent iront dans votre segment « grand froid ». Pourquoi ça marche : Lorsque vous faites amende honorable, cela touche les clients au cœur. En retour, donnez au client des termes immédiats et spécifiques pour leur montrer que vous avez changé. Tous les clients ne réagiront pas à cette tactique, donc utilisez-la avec parcimonie. Utilisez cette campagne pour contacter : Les clients que vous avez perdus par suite d’une mauvaise décision, par négligence, ou du fait d’un événement imprévu. 5. La cadence des demandes de rendez-vous Le client a parcouru votre contenu, continue de visiter votre site pour lire vos derniers posts, et a peut-être même liké certains de vos posts sur les réseaux sociaux. Vous voulez passer à l’étape supérieure, mais le client évite de vous contacter. Il est temps pour votre commercial de procéder à un rendez-vous. Les écueils à éviter : Faites que le premier ou les deux premiers emails tournent autour du prospect. Quelles difficultés voyez-vous, et comment pouvez-vous les résoudre ? Ne proposez pas le rendez-vous dans le premier email. Même si votre objectif est de fixer un rendez-vous, vous voulez que votre prospect montre de l’intérêt, et la meilleure façon de leur faire peur est d’être trop direct. Pourquoi ça marche : Voyez cette campagne comme une vraie campagne ciblée sur un client en particulier. Si vous tirez votre épingle du jeu et que vous persévérez, cette campagne a le pouvoir de construire un client à long terme, vraiment engagé. Utilisez cette campagne pour contacter : les clients engagés mais nerveux, qui ont besoin d’une attention particulière. Cela fonctionne bien avec les comptes à haute valeur ajoutée qui représenteront un jackpot s’ils sont engagés et bichonnés. Pour conclure Travaillez les titres ou objets de vos emails. Toutes les parties de votre email doivent passer par un test A/B, mais un bon titre, plus que tout autre facteur, fera en sorte que vos clients ouvriront vos campagnes d’emailing. Nous savons tous à quoi ressemble un email commercial, soyez en conscient lorsque vous écrivez ces emails. Vous n’avez pas besoin de déguiser votre email en ce qu’il n’est pas, mais vous devrez dans tous les cas éviter le style « Achetez maintenant ! ». Les prospects froids peuvent être décourageants pour un service commercial, parce qu’ils ont l’air d’être autant de pistes perdues. Mais si vous êtes prêts à réinventer vos campagnes de communication, vous pouvez engager – et potentiellement sauver – un nombre important de ces prospects.


Lire plus
De l’importance d’un graphisme d’emailing adéquate pour augmenter votre délivrabilité.

De l’importance d’un graphisme d’emailing adéquate pour augmenter votre délivrabilité.

Emailing • avril 19, 2017

L’objectif de cet article n’est pas tant de partager de nobles considérations esthétiques de graphisme autours de vos campagnes d’emailing mais plutôt de nous centrer dans l’aspect pratique pour éviter les écueils, les tant redoutés filtres anti-spams et ainsi parvenir à la tant aimé boîte de réception de votre destinataire. Qu’est-ce qui fonctionne le mieux dans l’emailing? Que ce soit du texte 100%. Voilà, voilà , merci pour votre attention… Au revoir. Attendez, attendez, on va plutôt vous expliquer ce qu’il en est de la théorie et vous serez ainsi plus  à même de juger par vous même de la meilleure approche à choisir. Éléments à prendre en compte pour que votre newsletter parvienne à ses destinataires. Un usage limité des images. Dans le meilleur des cas, il faudrait que l’emailing ne soit que du texte. Ok, ça on a compris. En même temps, c’est un peu moche. Si l’on souhaite quelque peu égayer son propos le rapport idéal est de 30% d’images pour 70% de texte. Au delà de ce rapport 30/70 la délivrabilité de vos campagnes s’en ressent. Une mise en page à une colonne pour vos campagnes emailing. “Ah ben c’est vraiment pas très folichon non plus” me direz vous. Oui mais voilà, la clé du succès de votre campagne emailing réside dans sa simplicité. La mise en page de campagnes à deux ou trois colonnes, ou plus alambiquée encore, n’aide en rien à augmenter la délivrabilité. La mise en page d’emailing à une colonne a deux avantages: clarté et ordre dans le contenu, mais surtout le plus important étant que ce format permet à vos campagnes d’être responsive et ainsi de s’adapter à tous les types d’écrans. Bref, l’utilisateur final vous en sera reconnaissant.. Ne portez pas “trop haut” les couleurs. Les couleurs HEX que nous préconisons sont:  #FFFFFF pour le fond de l’emailing et #000000 pour la couleur des lettres. Soit, fond blanc et lettre noire. La  punchline est servi! Alors évidemment, il y a les couleurs “corporate”, dans ce cas là, rappelez vos couleurs dans votre logo mais pas dans la couleur de fond. Il est aussi chaudement recommandé d’éviter les couleurs trop criardes et de porter un soin particulier au contraste pour favoriser l’expérience de lecture. Format et taille de polices Vous êtes nombreux à nous demander pourquoi nous ne proposons seulement que  17 types de polices différentes. La raison est simple, ce sont les 17 polices lues et acceptées unanimement par les principaux webmails. Ce qui tend à dire qu’en utilisant l’une de ces polices, le format restera exactement identique quelque soit la boîte de réception. C’est pourquoi nous ne proposons pas l’option d’importer d’autres types de polices personnalisées. De la même manière, nous vous recommandons l’usage d’une police au design simple. En effet, l’abus de lettre en gras peut vous faire atterrir directement en spam, ou l’utilisation de majuscules est abusive car  ON DIRAIT QU’ON EST EN TRAIN DE CRIER ce qui produit le même effet qu’une police en gras. Les couleurs sont également à prendre en compte. Il faut bien garder à l’esprit que l’important ici est d’offrir une expérience de qualité à votre lecteur quand il lira votre emailing. Les mots maudits, les spams et les symboles. Un classique du genre. Vous saurez déjà sans doute qu’il est des mots qu’il convient d’éviter: “Bon marché, Gagner argent, Millions, Salaires, Paye Extra, Gratuit, Garantie, Travail à domicile, Incroyable Opportunité, Offre Spéciale, Crédits, Offre à durée limitée, Commandez Maintenant, Engagement, Perdre du poids...” Il faut aussi faire preuve de parcimonie quant à l’usage des points d’exclamations, des symboles monétaires ($ ou €), des astérisques et des symboles farfelus. Cela risquerait de faire plonger votre délivrabilité. Les émoticônes? Oui, mais avec modération. Il faut aussi s’assurer des liens inclus dans l’emailing. Un email avec des liens erronés est comme une boîte vide. Administrer les abonnements. Ce paramétrage se fait au moment même de la création de l’emailing à partir de notre Éditeur “Drag & Drop”, alors on ne vas pas se priver de vous donner quelques conseils en plus. A l’intérieur du bloc, vous avez la possibilité, la nécessité, que  dis-je, le devoir même d’intégrer les informations suivantes: Gérer mon abonnement Envoyer un email Me désabonner Abus Ces quatres liens participeront en silence au maintien de votre bonne réputation aux regards des FAI. La transparence offerte à vos lecteurs ne peut que vous être bénéfique. That’s all folks! Six conseils utiles à prendre en compte sans oublier pour autant vos propres impératifs.  N’hésitez pas à mettre nos remarques en pratique et à partager avec nous vos résultats. En échange de quoi ces précieux conseils?...Mais de rien! Faites nous seulement le plaisir de partager notre article et n’hésitez pas à laissez vos commentaires à la fin de cet article.. Vive l’email marketing avec Benchmark Email!


Lire plus
Pourquoi une base de contacts actualisée booste votre stratégie d’email marketing?

Pourquoi une base de contacts actualisée booste votre stratégie d’email marketing?

Emailing • avril 12, 2017

Nous avons déjà évoqué l’importance de constituer soi-même sa base de données. Quel intérêt alors de la maintenir à jour? Vous souhaitez améliorer les résultats de vos campagnes d’emailing? Et bien, il va falloir se retrousser les manches. Si votre liste de contacts n’est pas à jour, vous allez au devant de problèmes de délivrabilité, ce qui signifie: primo ne pas obtenir les conversions espérées; segundo vous vous exposez au risque que votre emailing soit considéré comme….un spam (je sais, c’est mochel). Comment gérer votre liste d’abonnés pour optimiser la délivrabilité des campagnes d’emailing? Premier conseil, constituez votre base de données vous-même. N’achetez pas de listes contenant des milliers d’adresses. Pour vos envois, il vaut bien mieux commencer from the beginning et ajouter au fur et à mesure les contacts à cette liste plutôt que d’acheter des adresses emails sur Internet.    Il est beaucoup plus efficace d’envoyer 100 emailings à des personnes qui vous ont réellement donner leurs adresses que d’envoyer 1000 emailings à des personnes qui ne vous connaissent pas…On peut mentir 1000 fois à 1 homme mais on ne peut pas… non..c’est pas ça... faite comme si je n’avais rien dit (et si vous captez la référence cinématographique, say yeah!). Bref, pour créer une bonne mailing list, il faudra tout d’abord parvenir à ce que vos cibles (clients, leads, etc..) veuillent bien vous indiquer leurs adresses de courrier électronique. Pour cela, vous veillerez à mettre en place une série de stratégies en fonction du canal choisi. Nous allons ici nous centrer sur un florilège d’idées: 100% pratique, 100% efficace. Site web: le formulaire d’inscription qui permet de vous contacter et de poser des questions doit être visible et facilement localisable. Vous devez également prévenir ceux qui remplissent ce formulaire qu’ils recevront ensuite de vos nouvelles et ils doivent donner leurs accords préalables. Blog: vous avez probablement déjà un site web et un blog. N’hésitez pas à faire apparaître un pop-up invitant les internautes à laisser leurs emails pour recevoir votre newsletter. Et pour les inciter à franchir le pas, rien de mieux que de leur offrir un cadeau: un livre blanc, 10% de remise, un rapport, etc.. Créer un groupe dans des plateformes comme Meetup, où des personnes aux intérêts similaires peuvent se retrouver.. Cours online, webinars où pour y assister il est nécessaire de s’inscrire. Landing Pages où l’on demande également de s’inscrire afin de recevoir un livre blanc, des tutoriels, etc... Promotions et tirages au sort sur les réseaux sociaux. Congrès et salons pour échanger les cartes de visites, réaliser des sessions de networking. Une fois créé la base de données, il est primordial d’établir des liens avec votre base (de données). C’est à dire leurs offrir une expérience unique qui les donne envie d’ouvrir vos emails et surtout que la relation puisse s’inscrire dans le temps (visites récurrentes sur votre site, ouverture de vos emailings, clics…). Pour y parvenir, nous avons l’outil parfaitement adapté à un engagement durable. Automatisation Pro vous permet de renforcer l’engagement au quotidien grâce à des parcours clients personnalisés en fonction des intérêts spécifiques de chacuns sur des critères bien spécifiques (landing page, ouverture d’emailing, etc). Si vous avez déjà la chance d’avoir un engagement fort auprès de vos clients, ou de vos leads, alors vous n’aurez pas besoin de cet article (vous pouvez en profiter pour  essayer de retrouver la référence cinématographique antérieure;)). Sinon, pour les trucs et astuces, c’est ici: Tout d’abord, assurez vous de qui ouvre ou non vos campagnes d’emailings. Le contact peut ne plus être intéressé, ou l’adresse email inutilisée. Dans ce dernier cas, les FAI risquent de considérer votre mailing comme spam (et ça, ça craint). Pour y remédier nous vous offrons plusieurs alternatives.: “Nettoyage des listes”. Il est fortement recommandé après 3 ou 4 campagnes d’emailing de vérifier la qualité des listes notamment en supprimant les e-mails NPAI (aka hard bounces). En effet, si vous avez un pourcentage élevé d’’emailing non-ouverts, vous pouvez: Les éliminer des listes: en plus, cela peut vous permettre d’accéder à un plan à moindre coût (puisque votre nombre d’abonnés diminue) et d’augmenter d’une manière considérable les pourcentages en ouverture puisque vous vous dirigerez à une cible qui interagit avec votre contenu. Diviser la liste en deux: une liste “emailings lus” et une liste”emailings non-lus”. Dans l’absolu, le mieux est alors de créer un sous-compte où sera utilisée la liste “emailings non lus” et un compte maître où sera utilisée la liste “emailing lus”. Ainsi votre compte maître bénéficiera d’une meilleure réputation et le sous-compte servira à réactiver au fur et à mesure les usagers en les passant du sous-compte au compte principal. Envoyez des messages différents à la liste “emailing non-lus” et à la liste “emailing lus”. La liste “emailing lus” n’a pas besoin d’être réactivée par des incitatifs en particulier. Au contraire de la liste “emailings non lus” à qui vous pourrez renvoyer un emailing de confirmation à continuer à recevoir vos campagnes avant de les supprimer de votre liste. Si l’objet de votre email est pertinent, c’est une bonne méthode pour recréer du lien avec vos abonnés.. La création de segments. Au plus le message est personnalisé, au plus il a de chances de parvenir à son destinataire. Emailing ciblé, autre outil disponible sur votre compte Benchmark Email. Mis au point pour gérer les listes tout en s’adressant à des cibles spécifiques. Vous pouvez ainsi créer des listes “Emailings lus”, “Emailings non-lus”, “clics”. Une fois crée, vous pourrez segmenter les listes en fonction de leurs intérêts.. Vous avez aimé cet article? Vous voulez devenir incollable sur la délivrabilité et la création de campagne d’emailing? Vous n’avez toujours pas trouvé la référence cinématographique? Continuez à nous suivre dans nos prochains articles. N’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux et à laisser vos commentaires sur notre blog. Vive l’email marketing avec Benchmark Email !


Lire plus
Comment les plaintes pour abus affectent la délivrabilité de vos newsletters?

Comment les plaintes pour abus affectent la délivrabilité de vos newsletters?

Emailing • avril 5, 2017

Nous avons déjà discuté dans les articles précédents des pièges liés au spam, ce qu’est délivrabilité, ou les avantages d\'avoir une adresse IP dédiée. Dans ce nouvel épisode, nous voulons nous concentrer sur quelque chose auquel souvent nous ne faisons pas attention, mais qui finit finalement par affecter notre réputation et donc notre délivrabilité. Qu’est-ce qu’une plainte pour abus? Si nous travaillons avec l’outil de Benchmark, une plainte pour abus peux venir de deux choses: Quand le client marque le mail comme spam depuis sa boîte de réception. C’est le pire qui puisse arriver parce que ce sont Gmail, Hotmail, Yahoo, ... qui reçoivent cette plainte et prennent des mesures contre nos e-mails. Benchmark fournit l\'option «Signaler un abus» à travers laquelle l\'utilisateur peut se plaindre de vos e-mails, mais sans que Gmail, Hotmail, Yahoo, ... ne soient au courant de cette plainte et il est donc encore temps d\'agir. Tout cela ne signifie pas que Benchmark ferme les yeux, au contraire, si un client dispose d\'un ratio plus élevé de plaintes concernant l\'abus de 0,5%, le compte est résilié . Pour vous donner une idée, cela fait une plainte pour chaque 2000 envois. Pourquoi mes mailings sont marqués comme spam? Ceci est une très bonne question, il y a plusieurs raisons: La base de données est très ancienne et les informations que vous leur envoyez ne sont plus pertinentes ou les contacts présents dans la liste ne se souviennent pas d’avoir souscrit à vos e-mails. Les informations que vous  envoyez sont sans valeur pour les abonnés et ils décident de vous marquer comme spam au lieu de se désabonner. Vous envoyez trop de mailing et votre target est fatigué de vous. Il faudrait peut être faire quelque chose... Envoyer des e-mails à des gens qui n\'ont pas donné leur autorisation. C\'est non seulement une mauvaise pratique de l\'email marketing sinon une violation supposée  des lois de protection des données et peut avoir des conséquences au-delà des résultats de vos campagnes. Envoyer des contenus indésirables aux personnes qui vous ont donné leur permission mais pour  recevoir d\'autres informations. Par exemple, vous êtes une société en ligne qui vend des articles de pêche et de ski et vous faites un webinar sur la fabrication des mouches, Les participants à ce webinar seront heureux de recevoir plus d\'informations sur la pêche, mais pas sur le ski. Ou simplement l’utilisateur a passé une mauvaise journée et vous a marqué comme spam. Cela se produit rarement, mais si cela devait arriver, nous vous expliquons un peu plus bas comment régler ça. Comme vous pouvez voir il y a de nombreuses causes et nous sommes sûrs que certaines nous échappent, mais gardez bien à l\'esprit que ce rapport d\'abus vous pouvez le contrôler. Chez Benchmark, lorsque vous envoyez une campagne, si quelqu\'un a marqué que vous abusez dans les rapports, vous pouvez le vérifier: Rappelez-vous seulement que ces plaintes pour abus ne peuvent être contrôlées que si vous décidez de mettre à la fin de l\'e-mail le lien \"Signaler un abus\": Si vous ne mettez pas cette option, l\'utilisateur va se plaindre directement à sa boîte mails, ce qui affecte sérieusement votre réputation. Comment éviter que l’on me marque comme spam? Nous avons vu les raisons pour lesquelles les utilisateurs peuvent nous marquer comme spam, voyons maintenant les solutions que nous pouvons mettre en œuvre: Si votre base de données est ancienne, continuer uniquement avec les contacts qui ouvrent vos e-mails. Pourquoi payez pour une liste de 2000 contacts si seulement 1500 interagissent à vos emailings? Parfois on est persuadé que les informations que nous envoyons sont pertinentes et intéressantes pour nos abonnés. Mais en êtes-vous sûr? Analysez votre dernier mailing envoyé et regardez le ratio de clics, êtes-vous satisfait? si vous ne l\'êtes pas, vous devriez envisager de modifier le contenu avec quelque chose qui provoque vraiment l\'action chez vos abonnés. La “Carte des clics\" dans les rapports peut vous y aider. Créer une stratégie autour des e-mails que vous envoyez. Autours du contenu, des meilleurs jours et des meilleures heures pour l\'envoyer. Ne jamais envoyer le même contenu plusieurs fois dans la même semaine. Less is more. Ne spammez pas. Tous vos contacts doivent avoir donné leurs accords préalables pour recevoir vos informations. Segmenter pour vos clients le contenu qu\'ils souhaitent recevoir. Ainsi, ils seront accrochés à vos e-mails. Si l\'utilisateur vous a marqué comme abusif, analysez le rapport et contactez le personnellement, voir pourquoi il a fait cela et prendre les mesures nécessaires. Derniers conseils Rappelez-vous toujours d’ ajouter dans vos e-mails  l\'option \"Signaler un abus\". Ne pas oublier de prêter attention aux rapports. Écoutez vos abonnés et tirez en les conclusions nécessaires. Dans le prochain article nous discuterons de: l’importance de maintenir les listes actualisées, ne le manquez pas, suivez-nous! N’hésitez pas à partager cet article sur les réseaux sociaux et à laisser vos commentaires sur notre blog. Vive l’email marketing avec Benchmark Email !


Lire plus
Le défilé va commencer.

Le défilé va commencer.

Aller plus loin • mars 31, 2017

J’aurais aimé vous dire que j’ai eu la chance et le plaisir d’interviewer Déborah Haouzi, responsable de communication d’ESMOD, autours  d’un café crème dans un bar sympa à l’intersection de la rue de la Rochefoucauld et de la rue de la Bruyère en plein 09ème arrondissement. Mais non, cela ne s’est pas passé comme ça. Nous nous sommes envoyés quelques emails (en même temps, c’est un peu notre truc tout de même les emails) pour convenir d’une heure précise de l’entretien dans lequel nous avons parlé d’ESMOD, de Benchmark, du temps qui passe... l’entretien, lui, s’est fait par téléphone. La prochaine fois, promis je reviendrai avec caméras, projecteurs, plan panoramique sur la Madeleine, etc.. Ah! Attendez, on m’appelle en coulisse, le défilé va bientôt commencer: “En scène tout le monde” Pouvez-vous nous raconter l’histoire d’ESMOD? Oui bien sûr, l’école a été créé en 1841 à Paris par Alexis Lavigne. Il s’agit de la plus ancienne école de mode au monde. Monsieur Lavigne est aussi le créateur du mètre ruban et des mannequins de coutures. Aujourd’hui, nous sommes un peu moins  de 200 employés, plus les intervenants. Nous avons 1500 élèves partout en France, dont 1200 à Paris. ESMOD, c’est cinq écoles en France (Paris, Roubaix, Rennes, Bordeaux, Lyon). Ensuite, par un système de franchise, nous sommes également présents dans 14 pays (Japon,  Norvège, Malaisie, Allemagne, Corée, Indonésie, Syrie, Turquie, Liban, Tunisie, Emirats, etc..) 8000 étudiants en tout. 2. Comment s’est passée l’année 2016 pour votre école? Ce fut une belle promotion d’étudiants avec une très grande créativité et technicité. Malgré quelques craintes liées au contexte des attentats de l’année dernière, nous somme parvenu encore à attirer bon nombre d’étudiants internationaux en ciblant de nouveaux pays 3. Quelle est votre fonction au sein d’ESMOD? Je suis responsable du département communication. 4. Êtes- vous amenée à utiliser régulièrement des outils d’email marketing? Oui, principalement pour la rédaction de nos newsletters. 5. Comment se déroule votre journée type? Pas de journée type car il y a beaucoup d\'événements. En général, on fait le point régulièrement avec le service des admissions afin de voir les besoins et déterminer les actions à mettre en place. Pour Benchmark, par exemple, j’ai fait venir les différents responsables des établissements pour leur donner une formation sur votre plateforme. 6. Comment est organisé le département où vous travaillez? Combien êtes- vous? On est une équipe de 03 personnes. On s’occupe de l’ensemble de la stratégie marketing digital, d’organiser et de communiquer autours des événements et également les réalisations des différents supports promotionnels (brochure, flyers…) . 7. Au travers de vos campagnes emailing, que recherchez-vous? Augmenter le nombre d’inscriptions, promouvoir l’école, le programme, etc? On souhaite parler de l’école. L’idée est de bien définir les objectifs en amont. Le but de la Newsletter au delà de la com interne est de l’utiliser comme support de prospection. Également à moyen terme, on veut étendre l’utilisation de la plateforme pour nos services d’édition et de formation continue professionnelle. 8. Quelles différences voyez- vous entre l’emailing et l’utilisation des réseaux sociaux? C’est complémentaire. Benchmark permet une communication plus personnalisée, même si tout le monde n’ouvre pas ses emails, cela reste le meilleur moyen pour pouvoir s’adresser aux personnes en général. 9. Comment mesurez-vous la performance d’une campagne? On débute. On a peu près un même taux d’ouverture pour l’instant . On a d’ailleurs eu un beau 40% dernièrement. Maintenant pour nos actions marketing à venir, sur une base plus large,  il faut que l’on prépare bien notre segmentation au préalable et c’est là où c’est intéressant pour nous de savoir qui a ouvert et où ont été ouvertes nos campagnes d’emailing. 10. Avez vous utilisé des tests A/B avant l’envoi définitif? On l’a testé en effet, mais pour des questions de timing, pour l’instant on ne l’a pas encore réellement mis en place. En plus dans notre contexte international, nous devons prévoir le temps de rédiger la newsletter dans plusieurs langues. 11. Que faites-vous pour que votre liste d’abonnés emails ait envie d’ouvrir vos emails? Nous ça dépend, car on regroupe plusieurs services, admission, édition de livres, ESMOD Academy, etc… On recherche surtout à  capter l’attention pour notre public. Pour l’instant , on se centre sur la Newsletter mais comme je vous l’expliquais, nous souhaitons étendre l’utilisation de la plateforme à plusieurs services. 12. Comment collectez-vous vos listes emails d’abonnés ? Principalement ce sont les étudiants qui viennent à nos salons, à nos portes ouvertes ou qui ont laissé leurs coordonnées sur notre site Web. 13. Quels conseils donneriez-vous aux  jeunes qui débutent dans le secteur de l’Email Marketing? De bien déterminer l’objectif de la campagne. un objectif quantifiable et mesurable. Être simple et percutant. 14. Comment voyez-vous l’évolution de l’ Email marketing dans le futur ? De plus en plus personnalisé. 1.Comment avez vous connu Benchmark et pourquoi avoir choisi Benchmark? On avait déjà testé plusieurs plateformes et c’est notre responsable informatique qui était très concerné par le traitement des données à caractère personnel qui nous en a parlé, car vous avez toutes les certifications nécessaires. Ensuite, on a aimé la simplicité dans l’utilisation de la plateforme. Et puis, c’est surtout pour le service client, vous avez toujours répondu très rapidement et on apprécie énormément votre disponibilité.   2. Vous utilisez Benchmark au jour le jour ? Non, on l’utilise surtout pour la newsletter, mais comme je vous le disais, on souhaite l’utiliser plus souvent. 3. Pouvez vous décrire Benchmark en 3 mots ? Simple, intuitif, disponible. [caption id=\"attachment_4920\" align=\"aligncenter\" width=\"1235\"] Création de Sarah Lenel / ESMOD Promotion 2016 / Photographe : Nicolas Djanvanshir[/caption] Voilà, le soleil se couche derrière les Jardins du Luxembourg. Le trafic des voitures devient plus fluide. Quelques oiseaux sifflent dans les arbres pour nous rappeler que le Printemps est là. A l’heure où je termine de rédiger ce post, je me dis:“ Tout de même... 176 ans...je serai où moi dans 176 ans”? Vous avez vibré à a la lecture de ce post? Je ne vous comprends que trop. Partagez ce moment sur vos Réseaux Sociaux.


Lire plus
Sortir vivant de la Vallée de la Mort.

Sortir vivant de la Vallée de la Mort.

Emailing • mars 30, 2017

Le marketing est une compétition où le prix est l’attention des gens. Et c’est un sacré défi, parce que vos concurrents font beaucoup de bruit. Le bruit, c’est ainsi que les marketeurs décrivent tous les autres messages et les distractions que les consommateurs ont dans leur vie. Si vous pouvez  faire en sorte que vos abonnés soient et restent engagés, l’email reste l’un des canaux les plus cohérents pour atteindre et motiver votre public cible. Lorsque vous gagnez leur précieuse attention, le truc, c’est bien entendu de ne pas produire vous-même du bruit. Votre client potentiel est assailli par des messages marketing partout où il va, donc il est de primer abord difficile de générer des pistes de qualité pour les PME, et ensuite de les maintenir engagés. La vérité qui dérange encore plus, c’est que de nombreux marketeurs de PME bien intentionnés et dévoués travaillent avec des listes d’emails où 60% des abonnés en moyenne sont inactifs – ou, pour employer le jargon du secteur, « morts ». Ces contacts n’ont pas ouvert, cliqué ou réagi à un seul email envoyé dans la période de référence. Généralement, l’étalon est six mois ou plus. Une fois cette donnée en tête, les marketeurs de PME peuvent faire le choix de ne pas ignorer les inactifs, en continuant simplement d’envoyer des emails, avec le risque d’une délivrabilité réduite. Au lieu de cela, visez le ré-engagement, essayez de rétablir une relation avec ces clients potentiels. Pourquoi cela vaut le coup de réengager Il s’agit d’une bonne partie de la liste d’emails. Les abonnés inactifs sur votre liste ne se sont pas désabonnés. Cela signifie qu’ils font encore partie de votre public (potentiel). Ils vous apprécient déjà et veulent entendre parler de votre marque. A un certain stade, ils se sont inscrits, ce qui veut dire qu’ils sont du bon côté – mais ils sont loin d’être réceptifs au démarchage. Vous devez garder vos abonnés email plus qu’une journée. Même si la règle d’or de l’email marketing a toujours été d’« élaguer » proactivement les abonnés morts pour éviter d’endommager la délivrabilité de votre message et d’éviter que les FAI apprennent à vous identifier comme du spam, cela vaut le coup d’essayer de réengager avant de commencer à élaguer. En définitive, le ROI d’une campagne d’email marketing de réactivation est impossible à passer sous silence. La somme que ça représente ne peut que vous encourager à essayer le réengagement avant d’enlever les abonnés inactifs de votre liste. Ne considérez pas que vos contacts existants sont acquis. En les réengageant, vous allez améliorer la qualité de votre liste, augmenter vos taux de conversion, et maintenir une bonne hygiène de liste. Le réengagement versus la reconquête Avant de déconstruire le désengagement en différents motifs pour formuler votre stratégie de réengagement, il est essentiel de définir un message de « réengagement » versus un message de « reconquête ». L’objectif d’un email de réengagement est de convaincre un abonné mort qu’il doit s’intéresser à nouveau à votre marque, tandis qu’un email de reconquête est utilisé pour provoquer un achat en particulier, après que cet achat semble perdu. Par exemple, lorsque quelqu’un annule son abonnement. La différence entre les deux est essentielle, parce qu’à ce stade, vous n’essayez pas de faire acheter n’importe quoi à ce client. Votre objectif est de déclencher l’intérêt de votre prospect, grâce à votre communication, et de rétablir une relation à long terme avec votre marque. Pourquoi vos abonnés font-ils les morts ? Afin de formuler votre stratégie de réengagement, il faut d’abord identifier les différents motifs du désengagement. Vous pouvez ajuster la stratégie de campagne d’email marketing si les raisons sont connues. Voici les principaux coupables du désengagement. Du contenu de mauvaise qualité. Si vos emails n’ont pas délivré un contenu pertinent et précieux qui pourrait vraiment être utile à votre public cible, alors ça ne surprendra personne que vos abonnés aient arrêté d’ouvrir vos messages. Revoyez votre copie une fois que vous avez découvert que c’était la raison principale d’un désengagement à grande échelle. Vous devez donner quelque chose à vos contacts email avant d’attendre quoi que ce soit en retour. La surcharge d’emails. Avez-vous envoyé trop d’emails ? L’attention des abonnés a une limite, donc ils priorisent. En les surchargeant, vous avez probablement fait en sorte que vos messages atterrissent dans la pile « A lire un jour »… et ce jour n’est jamais arrivé. Image via notablist.com Une bonne façon d’éviter la surcharge, tout en faisant du réengagement, c’est de donner la possibilité (une seule fois) de réduire la fréquence, comme cet exemple de Delish avec sa campagne « We miss you ». Ils n’ont jamais vraiment été intéressés : peut-être qu’avec la meilleure intention du monde, vous avez offert une possibilité d’opt-in brillamment marketée, afin d’augmenter vos abonnés. Mais en fin de compte, vous n’avez pas obtenu de pistes de qualité. Si l’offre gratuite était « trop bonne », vous avez peut-être sans le vouloir attiré des gens qui n’ont aucun intérêt dans votre marque, et qui voulaient simplement le produit gratuit que vous offrez. Afin de garder un œil sur la qualité de vos abonnements, sauvegardez toujours le nom de votre abonnement dans le profil du client. Cela vous évite d’investir gros dans un groupe basé sur une offre gratuite, qui peut diluer à l’avenir la qualité de votre liste d’abonnés. Vous avez rompu une promesse (ou plusieurs) : Les titres pièges-à-clic (clickbait)  qui ne délivrent pas, un téléchargement visiblement très utile mais qui n’est finalement rien de plus que de la publicité flagrante… les promesses rompues compromettent la confiance que vos abonnés ont dans votre marque, et cela engendre du désengagement. Prenez leur pouls Il est important d’identifier à quel point votre abonné est désengagé. Cette personne s’est-elle juste éloignée de vos campagnes d’email marketing, ou de vos autres points de contacts également ? Parce qu’il existe plusieurs stades de « mort », chacun ayant sa propre stratégie de réengagement. Vous devez segmenter vos abonnés morts en groupes, selon le canal dont ils se sont désengagés. Vivante mais désengagée : cette personne n’ouvre pas vos emails, mais visite encore votre site web et votre boutique physique, et la semaine dernière, elle a liké l’un de vos posts sur Facebook. Il va être relativement facile de la réengager.  Assez morte : Cette personne n’ouvre pas vos emails, ne consulte pas votre site web, et ne s’engage pas via d’autres canaux. Elle a fait un achat cette année, mais vous n’avez pas entendu parler d’elle depuis. Il va être vraiment, vraiment dur de la réengager. Tellement morte qu’il faudrait lui faire les poches : Cette personne est complètement désintéressée. Elle n’ouvre pas vos emails, ne s’engage pas avec votre marque, et n’a jamais fait un achat. Le seul engagement que vous avez vu, c’est l’abonnement à la liste d’email. Elle est impossible à reconquérir parce qu’elle n’a jamais été intéressée. Comment réengager Si quelqu’un s’est seulement désengagé de vos emails mais continue d’engager votre marque sur des canaux alternatifs, le meilleur coup à jouer, c’est de leur parler directement avec un email de réactivation, en leur demandant de mettre à jour leurs préférences. Les emails qu’ils ont reçus de votre part n’ont peut-être pas été suffisamment personnalisés, ou ne sont tout simplement pas assez utiles ou engageants. Repensez vos emails pour les rendre plus utiles, et envoyez-les. Pas une fois. Pas deux. Essayez au moins trois fois avant d’abandonner ce contact qui est encore précieux. Si toutefois, quelqu’un s’est désintéressé de la plupart de vos canaux – email, réseaux sociaux, site web – vous devez complètement redémontrer votre valeur. Vous pouvez envoyer une offre pour les séduire, ou envoyer quelque chose de direct, par exemple un message disant que vous ne les avez pas vus depuis un moment, et que vous aimeriez rétablir une relation. Soulignez toutes les nouvelles, les options, les ventes et le « buzz » que vous avez créés ces derniers mois, et montez même d’un cran en ajoutant des témoignages clients pour prouver votre valeur. Oui, il y a des abonnés que vous allez devoir éliminer de la liste. Si vous vous apercevez que vous leur faites les poches, c’est qu’il est temps de s’en débarrasser. Si la personne n’a jamais acheté, ou interagi avec votre marque sur aucun canal, vous pouvez vous sentir productif en l’éliminant de votre liste d’abonnés. Ne laissez pas votre contact dépérir Lorsque vous remarquez des poids « morts » dans votre liste d’abonnés, évitez la tentation de supprimer directement les utilisateurs désabonnés. D’abord, vous devez les remarketer intelligemment. Souvenez-vous que votre objectif n’est pas ici de convaincre l’abonné désintéressé d’acheter directement via cet email, et ce n’est pas non plus de se contenter qu’il ouvre l’email. Ce que vous voulez vraiment, c’est que vos clients potentiels recommencent à interagir avec vous, et finissent en fin de compte par acheter chez vous régulièrement. Réengager vos contacts, c’est un effort qui en vaut la peine !


Lire plus
 
1 2 3 4 5 6 10